BFMTV

Coronavirus: l'OMS estime que seulement 2 à 3% de la population mondiale a développé des anticorps

La biotech Biophytis lance un traitement pour éviter les détresses respiratoires chez les patients Covid-19

La biotech Biophytis lance un traitement pour éviter les détresses respiratoires chez les patients Covid-19 - AFP

L'institution onusienne estime qu'à ce jour, le taux de la population mondiale à avoir développé des anticorps montrant une infection au Covid-19 ne dépasse guère les 2 à 3%.

Seulement quelque 2 à 3% de la population mondiale auraient développé des anticorps montrant qu'ils ont été contaminés par le nouveau coronavirus, a indiqué le directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) lors d'un point presse à Genève ce lundi, rapporte le Guardian.

"Les premières données (basées sur des tests sérologiques, ndlr) suggèrent qu'un pourcentage relativement faible de la population pourrait avoir été infecté", a indiqué Tedros Adhanom Ghebreyesus, soulignant: "Pas plus de 2% - 3%". "L'assouplissement des restrictions ne correspond dans aucun pays à la fin de l'épidémie", a également rappelé le dirigeant de l'OMS.

Anticorps = immunité?

Pour Maria Van Kerkhove, épidémiologiste à l'OMS également citée par le quotidien britannique, cette proportion de personnes ayant développé des anticorps est plus faible que les attentes initiales. "Un plus faible nombre de personnes sont infectées", a-t-elle évoqué lundi, soulignant toutefois qu'il était encore trop tôt pour avoir des certitudes.

"Savoir si la présence d'anticorps équivaut à l'immunité est une question différente", avait tempéré Maria Van Kerkhove au cours de la semaine passée.

"A l'heure actuelle, rien ne prouve qu'un test sérologique peut mettre en évidence qu'un individu est immunisé ou protégé d'une réinfection", avait dit l'épidémiologiste, là encore citée par le Guardian.

"Ce virus est une vacherie", avait également lancé le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, à propos de ces zones d'ombre. En théorie, à la suite de l'infection par un virus, une mémoire immunitaire émerge, grâce aux anticorps, ce qui permet de mieux combattre le risque d'une seconde infection. Mais des chercheurs sud-coréens ont observé une résurgence du coronavirus chez des personnes considérées jusque là comme guéries, suscitant les craintes de certains scientifiques.

Clarisse Martin