BFMTV

Coronavirus: Damien Abad veut de nouveaux protocoles sanitaires

Vice-président de la commission d'enquête parlementaire sur la gestion du coronavirus par le gouvernement, le député LR a dénoncé l'action de l'exécutif en la matière.

Pour Damien Abad, "le gouvernement n’a pas été à la hauteur". Invité de BFMTV-RMC ce jeudi matin, le député de l'Ain, président du groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale et vice-président de la commission d'enquête parlementaire sur la gestion de la crise du Covid-19 a attaqué l'exécutif: "Sur les masques, les tests, il y a eu un défaut d’anticipation majeur", a-t-il explicité.

Développant le rôle de la commission d'enquête, il a déclaré: "Notre rôle est d’éclairer les Français de manière à ce qu’on soit mieux armé en cas de deuxième vague, ou de recrudescence du virus comme on peut la constater à présent."

Damien Abad a ensuite égrené ses solutions en la matière, commençant: "Il faut des masques, un port du masque simple". Il a d'ailleurs réclamé l'établissement de "trois protocoles": "l'un pour l'école, l'autre dans l'entreprise, et le dernier dans l'espace public".

Il s'est ainsi prononcé pour une imposition du port du masque dans les espaces clos, les supermarchés, les transports mais n'a pas jugé pertinent de le systématiser dans la rue, comme c'est désormais le cas dans plusieurs villes.

La gratuité du masque "aurait des conséquences écologiques néfastes"

À quelques jours de la rentrée, il a alors porté son propos sur l'école, demandant un "protocole à l'allemande", avec "des prises de températures plus importantes, le port du masque obligatoire pour le personnel, le fait d'éviter les brassages."

Le député a soutenu que ces options répondaient au souci sanitaire à l'heure où des observateurs ou des professionnels exigeaient le report de la rentrée scolaire: "Je veux la rentrée scolaire. Cette rentrée est nécessaire, indispensable, donc il faut des mesures de prévention."

Interrogé sur l'opportunité de distribuer des masques gratuitement dans la mesure où les autorités l'ont rendu obligatoire en entreprise, Damien Abad s'y est opposé: "Non je ne crois pas. Mais il faut baisser les prix des masques massivement avec une TVA à 0% comme nous l’avons proposé." "Mais si c’est gratuit personne ne fera attention aux masques. C’est une proposition démagogique. Ça aurait des conséquences écologiques néfastes", a-t-il ajouté.

Robin Verner
Robin Verner Journaliste BFMTV