BFMTV

Comment éviter les perturbateurs endocriniens au quotidien?

Ces composés chimiques présents dans de nombreux produits de consommation interfèrent avec l’action des hormones chez l’être humain.

Impossible d'y échapper. Six "polluants du quotidien" sont présents "dans l'organisme de tous les Français", révèle une étude de Santé publique France publiée ce mardi. Parmi eux figurent des perturbateurs endocriniens, des substances là aussi quasi-omniprésentes dans les vêtements, les jouets, les aliments, les cosmétiques…

En 2017, une étude publiée dans le magazine 60 millions de consommateurs montrait que sur 43 enfants et adolescents testés, 100% d'entre eux présentaient des traces de ces substances chimiques dans leurs cheveux. Une statistique alarmante car ces produits interfèrent avec l’action des hormones chez l’être humain "et, de ce fait, induisent des effets nocifs sur la santé d’un organisme intact et de ses descendants", selon l’Organisation mondiale de la santé.

Ce mardi, les ministères de la Santé et de la Transition écologique doivent présenter le deuxième volet de leur "stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens". Le but: mieux informer les Français sur les produits contenant des perturbateurs endocriniens. Pas simple de les éviter au quotidien, mais voici tout de même quelques conseils.

  • Dans l’alimentation, attention aux pesticides et récipients en plastique

Pour se prémunir contre les perturbateurs endocriniens, l'ONG Générations futures, qui lutte contre les pesticides de synthèse, recommande de se tourner vers l’alimentation biologique. "Si ce n’est pas possible, il est nécessaire de laver et peler les fruits et légumes même si ce n’est pas la panacée car les pesticides pénètrent dans les aliments", explique son directeur, François Veillerette, à BFMTV.com.

L'UFC-Que choisir alerte par ailleurs sur les risques de réchauffer sa nourriture dans des récipients en plastique: au contact de la chaleur, ils peuvent relâcher des substances toxiques.

Mieux vaut "transférer sur une assiette les plats préparés du commerce et utilisez une casserole en Inox plutôt qu’une bouilloire en plastique pour faire bouillir de l’eau. Préférez les récipients (biberons inclus) en verre", est-il indiqué sur son site.

L'association de consommateurs préconise également d'éviter les aliments transformés. "En effet, la chaîne de fabrication et/ou l’emballage peuvent donner lieu à des contaminations", précise-t-elle.

  • Dans les produits hygiéniques et cosmétiques, privilégiez les écolabels

Les futurs parents doivent être prudents car l’exposition aux perturbateurs endocriniens peut avoir des répercussions sur les enfants à venir. Il convient donc de prêter attention aux produits hygiéniques et cosmétiques.

Les produits contenant du parabène, par exemple, sont à bannir. "Evitez surtout ceux qui ne se rincent pas ou ont un long temps de pose avant rinçage", préconise UFC-Que choisir qui dresse un tableau des cosmétiques contenant des perturbateurs endocriniens.

"Pour la cosmétique, le meilleur conseil est d’utiliser des produits avec beaucoup de parcimonie et de se tourner vers les écolabels, soucieux des conséquences sur l’environnement et la santé", commente François Veillerette.

Pour nettoyer les bébés, il convient de privilégier les de l’eau et du savon plutôt que les lingettes.

  • Dans les textiles, optez pour les matières organiques

"Quand vous achetez des vêtements, il est primordial de les laver une première fois avant de les porter car ils subissent beaucoup de traitements antitache par exemple", nous explique le directeur de Générations futures, ajoutant qu’il vaut mieux se tourner vers les textiles organiques.

Concernant les couches utilisées pour les bébés, 60 Millions de consommateurs a mené en 2017 une étude sur 12 modèles de couches jetables. Résultats: les analyses révèlent la présence de plusieurs substances toxiques, dont certaines pouvant entraîner des troubles endocriniens, rapportait à l’époque LCI. Les couches lavables en coton restent offre une alternative à moindre risque.

  • Dans les jouets, favorisez les matériaux naturels

Dès le plus jeune âge, les perturbateurs endocriniens peuvent comporter des risques pour le développement de l’enfant.

"Faites attention aux jouets que votre enfant porte à sa bouche. Encore une fois, les plastiques sont des matériaux préoccupants, il vaut mieux leur donner des jouets en bois, choisir les matériaux naturels si possible", avertit François Veillerette.

De nombreuses matières plastiques contiennent du Bisphénol A, un perturbateur endocrinien interdit en France depuis 2015 pourtant "présent dans l'organisme de tous les Français", note l'étude publiée mardi par Santé publique France.

Afin d’éviter les risques, "plutôt que d'acheter des jouets sur un marché ou via des circuits parallèles sur Internet, mieux vaut privilégier les produits de marque vendus en grande surface ou dans des enseignes spécialisées qui ne peuvent pas se permettre d'être prises en défaut sur le respect de la réglementation ", conseille dans les colonnes du Parisien Serge Milon, expert en sécurité des jouets au sein d'un labo spécialisé.

Ambre Lepoivre