BFMTV

Canicule: comment reconnaître un coup de chaleur?

Les complications les plus graves face à de fortes chaleurs sont le  risque de déshydratation, de coup de chaleur ou le déséquilibre d’une maladie, comme le diabète.

Les complications les plus graves face à de fortes chaleurs sont le risque de déshydratation, de coup de chaleur ou le déséquilibre d’une maladie, comme le diabète. - iStock - Catherine Yeulet

Résultant d'une exposition prolongée, le coup de chaleur provoque une surchauffe du corps potentiellement mortelle. Personne n'est à l'abri, même si les nourrissons et les personnes âgées doivent être particulièrement surveillés.

Si la France a connu plusieurs pics de chaleur durant ces dernières semaines, c'est une véritable canicule qui touche actuellement la plupart des régions. Cette dernière est prévue pour durer jusqu'à la fin de la semaine, prévoit Météo France, ce qui amène la Direction générale de la santé à rappeler les précautions à prendre, notamment à l’occasion des retours de vacances.

Ainsi, les personnes concernées doivent être particulièrement vigilantes dans les transports, notamment en prévoyant d’emporter pour tout déplacement en voiture ou en train des quantités d’eau suffisantes. Afin de mieux lutter contre les conséquences de la chaleur, il est recommandé de suivre des conseils simples à adopter par tous, notamment les personnes fragiles et les plus à risque (personnes âgées, handicapées, malades à domicile ou personnes dépendantes, femmes enceintes, parents de jeunes enfants…).

Ces recommandations consistent à boire régulièrement de l'eau sans attendre d'avoir soif (pas d'alcool), d'éviter de sortir aux heures les plus chaudes et les efforts physiques, passer plusieurs heures par jour dans un lieu frais ou encore de maintenir son logement au frais (fenêtres et volets fermés). Ces précautions visent à éviter les cas de syndrome d’épuisement-déshydratation et les coups de chaleur.

Tout le monde peut être concerné

Egalement appelé hyperthermie maligne, ce dernier survient après une longue exposition au soleil, en cas d'efforts prolongés dans un environnement chaud et peut être aussi consécutif à un séjour prolongé dans un espace confiné et surchauffé (voiture). Les personnes touchées présentent une peau chaude, rouge et sèche et ressentent une sensation de soif intense, des vertiges, une forte fièvre (pouvant aller jusqu'à 40°C) avec altération de la conscience mais aussi des crampes musculaires et des maux de tête.

Dans les cas les plus graves, une perte de connaissance et des convulsions peuvent survenir et sous sa forme la plus foudroyante, le coup de chaleur peut aussi conduire à la défaillance de plusieurs organes (cœur, foie, reins) et des troubles de la coagulation.

"Le coup de chaleur menace principalement les enfants, moins résistants face à une forte chaleur, mais il peut toucher aussi les adultes", précise la Croix-Rouge.

Les seniors ainsi que les sportifs et les personnes qui souffrent de maladies cardiaques, respiratoires, et dont l'autonomie est réduite sont également plus à risque. Outre l'existence d'une maladie cardiaque, la pratique d'efforts intenses et une consommation d'alcool, la prise de certains médicaments représente un facteur de risque à prendre en compte.

Une véritable urgence médicale

A ce sujet, l'ANSM* met en garde contre les tranquillisants et les diurétiques et recommande de demander conseil à son médecin. Le coup de chaleur ne doit pas être confondu avec sa forme mineure, l'insolation, qui fait suite à une exposition prolongée au soleil et se manifeste par une fièvre modérée. Dès les premiers symptômes, il est impératif de contacter le SAMU, car lorsque la température du corps est trop élevée, le cerveau et les organes vitaux peuvent être durablement endommagés.

"Le coup de chaleur est une urgence. La mortalité a diminué ces dernières années du fait d'une meilleure prise en charge et d'un traitement précoce et efficace mais reste encore autour de 10%", souligne la Croix-Rouge.

En attendant les secours, la personne doit être placée à l'ombre et refroidie à l'aide d'eau fraîche, en plaçant des linges humides ou des sacs de glaçons sur les cuisses et les bras. Pour l'éviter, il est indispensable de boire régulièrement tout au long de la journée et d'adopter le port de vêtement en fonction (vêtements clairs, casquette). Des précautions à suivre particulièrement quand il s'agit des enfants.

*Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé

Alexandra Bresson