BFMTV

Quand le shiatsu s'invite en salle de réunion

Siatsu signifie "pression des doigts" en japonais.

Siatsu signifie "pression des doigts" en japonais. - Katharina Steiner - CC - Flickr

Des entreprises font appel à des coach en méditation pour enseigner les bases des techniques de relaxation. Le but: décompresser et détendre les équipes pour améliorer le bien-être au travail.

Elle a fait méditer des salariés de Orange, Hewlett Packard, ou encore des laboratoires MSD France. Objectif? Les amener à se concentrer sur leur respiration et chaque partie de leur corps et ainsi, oublier le poids des tâches à accomplir, le temps d'une heure. 

Shahine Ismaïl a travaillé vingt ans dans la finance. Elle a quitté la vente de la gestion d'actifs de Merrill Lynch pour se consacrer au shiatsu. Au point d'en faire son nouveau métier. D’origine indienne, elle a appris la méditation en Inde.

Certifiée par la Fédération française de shiatsu traditionnel, elle pratique cette technique japonaise d'acupuncture avec les doigts. Encore davantage que la méditation, le shiatsu nécessite un apprentissage avec un professeur. Et elle s'invite dans les entreprises pour initier à cette méthode de relaxation des employés parfois trop stressés. Généralement après le déjeuner "car cela fait du bien après le repas", souligne la coach. 

Auto-massages

Si des vidéos sur YouTube ou des applications comme Petit bambou, Zenfie ou Headspace permettent de pratiquer la méditation en pleine conscience quelques minutes au bureau en incitant à se concentrer sur sa respiration, il est impossible de bien comprendre les points de pression à distance.

Après avoir enseigné les gestes de base en cours individuels ou collectifs, Shahine Ismaïl conseille des auto-massages simples de la tête, des bras, des mains, des épaules, des jambes et des pieds à pratiquer au bureau. Le but? Se détendre, favoriser la concentration, prévenir les risques psycho-sociaux et même les troubles musculo-squelettiques.

Des directeurs généraux, des ressources humaines ou les représentants du Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) sensibilisés à la question missionnent des coach comme Shahine Ismaïl. 

Une libération de l'esprit

Pour elle, l'idéal, c'est de s'installer dans une salle de repos avec un tapis de sol et des plaids, mais rares sont les entreprises à en être dotées;alors une salle de réunion libérée de ses tables et chaises, à même la moquette, avec des plaids, fait très bien l'affaire.

La coach guide la respiration du groupe, corrige les positions d'un coup de pression manuelle et incite à se concentrer sur les différentes parties du corps, jusqu'à ce que petit à petit, sa voix devienne de plus en plus lointaine.

"Lorsque j’anime un atelier de relaxation-méditation, les participants se détendent, ils peuvent avoir l’impression de s’endormir, mais ils se réveillent le moment venu", décrit-elle. Au point d'en ressortir ressourcés et prêts à affronter une nouvelle demi-journée de travail, l'esprit libéré.

Rozenn Le Saint