BFMTV

AP-HP: face à l'afflux de patients souffrant du Covid-19, "environ 50%" des opérations non urgentes déprogrammées

Des étudiants en médecine lors d'un cours de chirurgie sur un corps donné à la science, le 13 juin 2020 à l'Ecole de Chirurgie de l'AP-HP à Paris

Des étudiants en médecine lors d'un cours de chirurgie sur un corps donné à la science, le 13 juin 2020 à l'Ecole de Chirurgie de l'AP-HP à Paris - Philippe LOPEZ © 2019 AFP

Contraints à reprogrammer des interventions chirurgicales, les hôpitaux publics de Paris sont également confrontés à l'"auto-déprogrammation" de certains patients, de quoi laisser craindre une aggravation des pathologies.

L'objectif est clair: libérer des lits et des personnels soignants. Face à l'afflux de patients atteints du coronavirus dans les services de réanimation franciliens, les hôpitaux publics parisiens ont déclenché leur plan blanc au mois d'octobre. Ce dernier implique différentes mesures d'urgence, parmi lesquelles la déprogrammation d'un certain nombre d'opérations chirurgicales jugées non urgentes. Le taux de déprogrammation était mardi "d'environ 50%" dans les établissements de l'AP-HP, a déclaré la direction à l'occasion d'une conférence de presse.

Outre les reports décidés par les équipes médicales, Martin Hirsch, directeur général de l'AP-HP, a fait état "d'auto-déprogrammations". "Des patients se décommandent eux-mêmes, constate-t-il, et c’est pour ça qu’on insiste sur ce message. (...) On ne veut pas avoir à traiter dans deux mois des tumeurs ou de métastases qui se sont développées", faute d'intervention à temps.

"Les patients doivent venir"

"Les patients doivent venir, renchérit Rémi Salomon, président de la Commission médicale d'établissement de l'AP-HP. (...) Ces prises en charge ne pèsent pas vraiment sur les réanimations, affirme-t-il.  

Ce mardi, le cap des 1000 patients souffrant du Covid-19 a été franchi dans les hôpitaux d'Île-de-France. Il est urgent de "stopper cette courbe, selon Aurélien Rousseau, directeur général de l'Agence régionale de Santé Île-de-France. Seul un confinement efficace peut le permettre. Désormais les chiffres parlent d’eux-mêmes."

François Pitrel avec Florian Bouhot