BFMTV

Aluminium: attention aux laits en poudre pour bébé

Une maman donne le biberon à son nourrisson le 8 octobre 2013.

Une maman donne le biberon à son nourrisson le 8 octobre 2013. - -

Une étude du magazine "60 millions de consommateurs" met en garde sur la présence d'aluminium dans le lait en poudre donné aux nourrissons.

Le constat est inquiétant. Plus de la moitié des laits pour bébés contiennent de l'aluminium, une substance potentiellement neurotoxique. Dans une étude publiée ce jeudi, le magazine 60 millions de consommateurs révèle les résultats de son étude sur la nourriture exclusive donnée aux nourrissons. "Une révision de la règlementation s'impose", conclut le magazine.

L'association de consommateur a analysé 38 laits infantiles en poudre destinés aux 1er et 2e âge, ainsi que 9 laits liquides pour la croissance des enfants de 1 à 3 ans. Elle a voulu savoir ce qui se passait sur les étals français après que des chercheurs britanniques ont trouvé de l'aluminiumen quantité non négligeable dans les laits infantiles commercialisés outre-Manche.

Le lait de croissance n'est pas contaminé

Les résultats sont édifiants, la moitié des laits en poudre contient de l'aliminium. Concrètement, cela signifie qu'"un nourrisson de six mois consommant 4 biberons de 210 ml/jour ingère 897 μg d’aluminium par semaine" s'il boit du lait 1er âge. Et ce n'est qu'une moyenne car, souligne l'étude, "les écarts sont très importants d'une marque à l'autre", entre 4% et 32% de la dose tolérable hebdomadaire.

En revanche, 60 millions de consommateurs n'a pas détecté d'aluminium dans les laits de croissance.

Si les taux constatés sont inférieux aux limites fixées par l'Europe, l'étude rappelle à juste titre que ces bornes s'adressent à toute la population et ne différencient pas les plus jeunes du reste des consommateurs.

"Faute de connaissances précises sur l’impact de l’aluminium chez les tout-petits, il nous apparaît légitime d’exiger soit une limite réglementaire dans les laits infantiles, soit une obligation d’étiqueter la teneur sur l’emballage", met en garde le magazine.

A.D.