BFMTV

Vidalies: « Le FN n'a pas à être reçu par Hollande »

-

- - -

Pour Alain Vidalies, le ministre chargé des Relations avec le Parlement, le Front National n'a pas à être reçu par le président François Hollande, même s'il compte désormais des élus à l'Assemblée.

Alain Vidalies, ministre chargé des Relations avec le Parlement, a jugé que les dirigeants du Front national ne devaient pas être reçus par François Hollande lorsqu'il consulte l'opposition, car on ne peut pas traiter ce parti «de la même manière que les autres».
Selon le ministre, mercredi sur La Chaîne Parlementaire (LCP), le fait que le FN soit de nouveau représenté à l'Assemblée nationale ne doit rien modifier. «Ca ne change rien, ce n'est pas un brevet d'avoir des élus à l'Assemblée», a-t-il dit.

Un «scandale» pour Marine Le Pen

Début juin, Marine Le Pen avait qualifié de «scandale» le fait de ne pas être reçue à l'Elysée par François Hollande, comme l'étaient les représentants des principaux partis politiques de gauche et de droite que le chef de l'Etat voulait consulter en prévision notamment du G20 au Mexique. Cette phase de concertation s'était étalée sur plusieurs jours avec l'ensemble des formations politiques représentées au Parlement.
Dans la nouvelle Assemblée élue les 10 et 17 juin, le Front national est de nouveau représenté, pour la première fois depuis 1998. Il compte deux élus. Mais pour M. Vidalies, «ce n'est pas parce qu'à un moment donné une partie de l'opinion donnant son point de vue s'égare sur ce vote, qu'il faut y compris lui donner une réponse institutionnelle» et faire entrer le FN «dans le jeu institutionnel normal». «Il y a une distinction à faire de mon point de vue entre ce parti et les autres (...). Je considère que ce n'est pas un parti comme les autres», a-t-il insisté.

La Rédaction avec AFP