BFMTV

Succession de Valls en Essonne: premier tour de la législative dimanche

Après la démission de Manuel Valls du siège de député de l'Essonne, le premier tour de la législative partielle pour lui succéder se tient dimanche. Parmi les favoris, l'un de ses fidèles et son adversaire Insoumise, battue sur le fil en 2017.

Qui pour succéder à Manuel Valls? Un peu plus d'un mois après la démission de l'ancien premier ministre de son siège de député, les électeurs de la 1ère circonscription de l'Essonne sont appelés aux urnes pour élire un successeur.

Les deux favoris des onze candidats sont Francis Chouat (sans étiquette, soutenu par LREM), maire d'Evry et bras droit historique de Manuel Valls, et Farida Amrani (La France insoumise), qui se présente avec un esprit de revanche après sa courte défaite (139 voix d'écart) face à l'ancien Premier ministre aux législatives de juin 2017.

Manuel Valls, qui a démissionné début octobre et annoncé sa candidature à la mairie de Barcelone, avait été accusé de fraude par son adversaire (la plainte a finalement été classée sans suite) à l'issue d'un scrutin très tendu. L'ancien Premier ministre avait revendiqué la victoire dans une ambiance houleuse et sous les cris de "tricheur, tricheur" des militants Insoumis. Lui avait dénoncé une "campagne de haine". 

Ne pas rejouer l'affrontement de 2017

Si les deux camps assurent qu'ils ne veulent pas rejouer 2017, le climat reste pesant. "On a tous en tête les images violentes" du soir des résultats, affirme-t-on dans l'entourage de Chouat, pour qui "il y a un front démocratique contre la candidature populiste de Mme Amrani". L'élu, maire d'Evry depuis 2012, est soutenu par LREM dont la priorité assumée est de faire barrage à LFI. Les cinq autres maires de la circonscription partagent cet objectif. 

"Depuis que Valls est parti, il y a son modèle réduit", a jugé Jean-Luc Mélenchon, lors d'un meeting à Corbeil-Essonnes jeudi soir. Le parti a mobilisé ses troupes pour la campagne: François Ruffin, Danièle Obono, Adrien Quatennens, étaient aussi venir soutenir Amrani, 42 ans.

Car pour LFI, l'élection devrait servir de test après l'épisode des perquisitions au siège de la France insoumise et au domicile de Jean-Luc Mélenchon, qui s'estime victime de "persécution politique". L'élection d'Amrani serait "un événement politique national" et ferait mentir ceux "ceux qui croyaient qu'il suffisait de m'accabler, de me perquisitionner, m'humilier", a dit Mélenchon.

"Nous venons chercher ici le 18e député de La France insoumise", a assené le chef de LFI jeudi soir. "Nous en avons besoin", "plutôt qu'un robot de plus de LREM".

La participation, enjeu de l'élection

Francis Chouat, 70 ans, ex-socialiste, ne dit pas où il souhaiterait siéger s'il est élu. "J'irai là où je serai le plus utile", avait-il dit en déclarant sa candidature, précisant vouloir "la réussite" du président de la République. Comme Valls, qui avait rejoint le groupe LREM à l'Assemblée, Chouat avait soutenu Emmanuel Macron dès le premier tour lors de la présidentielle.

Selon le directeur adjoint de l'Ifop, Frédéric Dabi, cette élection est à "multiples inconnues".

"Toutes les enquêtes montent l'effondrement de Mélenchon" dans l'opinion publique, dit-il. Mais LFI peut espérer "capitaliser sur le mécontentement du gouvernement" et de Macron, qui a dévissé dans les sondages. 

"Le contexte n'est plus du tout le même"

Sans effet Macron ou Mélenchon comme après la présidentielle de 2017, "le contexte n'est plus du tout le même" et l'enjeu principal sera de l'avis de tous la participation, traditionnellement très faible lors des élections partielles, et déjà basse dans cette circonscription populaire lors de la législative de 2017.

"Une voix égale une voix, on l'a vu la dernière fois. On va les arracher une à une", promet Amrani, persuadée que les électeurs veulent "tourner la page Valls", et qui a multiplié les porte-à-porte pour "informer" de la tenue de l'élection. 

"En face, ils visent l'abstention la plus haute possible parce que ça les arrange", soutient-elle. Le risque, "c'est que les gens se disent 'on s'est déjà débarrassé de Valls, à quoi ça sert?'", complète Manuel Bompard, coordinateur des campagnes de LFI.

Amrani, qui avait un temps espéré rassembler à gauche, se retrouvera dimanche face à l'écologiste Eva Sas pour le Parti socialiste et Europe Ecologie-les Verts, et au communiste Michel Nouaille pour le PCF et Génération(s). Si ces derniers la soutiendront en cas de qualification au second tour prévu le 25 novembre, le PS et EELV devraient rester sur une posture du "ni-ni". 

dossier :

Manuel Valls

C. B avec AFP