BFMTV

Sondage: 61% des Français inquiets devant la réforme du droit du travail

Le Conseil des ministres

Le Conseil des ministres - Christophe Petit-Tesson / POOL / AFP

Selon le nouveau sondage "L'opinion en direct" de l'institut Elabe pour BFMTV publié ce mercredi, les Français sont majoritairement inquiets devant la perspective d'une réforme du droit du travail par l'exécutif.

Ce mercredi, le projet de loi d'habilitation, ouvrant la voie s'il était adopté par le Parlement à une réforme du Code du travail par ordonnances, a été présenté en Conseil des ministres. Or, il semble que la perspective de ces mesures inquiète une majorité de Français, comme le révèle ce mercredi le sondage "L'opinion en direct" de l'institut Elabe pour BFMTV. 61% des Français se disent inquiets devant la volonté du gouvernement et du président de la République de procéder à ces changements. 29% se disent, au contraire, confiants, tandis que 10% des sondés se déclarent indifférents à cette thématique.

Une inquiétude répandue

L'inquiétude exprimée est majoritaire et large dans l'ensemble de la société française. Les catégories moyennes et populaires sont les plus défavorables au projet, avec respectivement 67% et 72% d'opposants. Avec 55% d'individus se déclarant "confiants", les commerçants et artisans constituent, eux, la catégorie socioprofessionnelle la plus enthousiaste. 

Parmi les électorats du premier tour de la dernière présidentielle, les sympathisants d'Emmanuel Macron sont bien sûr les plus favorables: 67% d'entre eux attendent la suite de ces événements avec sérénité. Les partisans de François Fillon sont plus réservés. Si 50% sont confiants, 43% regardent les choses avec inquiétude. En revanche, la défiance est très nette parmi les soutiens de Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen. Les premiers sont inquiets à hauteur de 75%, les suivants de 81% et les troisièmes de 82%. 

Les Français partagés devant les mesures envisagées

Elabe a cherché à connaître le degré d'adhésion ou de rejet suscité par six mesures envisagées pour le texte à venir. Les sondés font, pour 65% d'entre eux, bon accueil à la fusion des institutions représentatives du personnel en une seule entité. Ils sont plutôt enclins à envisager la possibilité pour l’employeur d’organiser un "référendum d’entreprise" en cas d’accord signé par des syndicats représentant entre 30% et 50% des salariés. Ils sont 64% à estimer y être favorables.

En revanche, les Français se montrent très partagés sur les trois mesures suivantes. Tout d'abord, l’assouplissement de la réglementation du recours au CDD et à l’intérim par des accords de branches ne recueille que 55% d'opinions favorables. La primauté des accords d’entreprise sur les accords de branche est aussi approuvée par une faible majorité (53%). Et seuls 52% du panel se retrouvent dans l'idée d'une généralisation des contrats de projet.

Le plafonnement des indemnités prud’homales dues par l’employeur en cas de licenciement abusif est majoritairement rejeté, 61% des sondés signalant leur opposition. Les électeurs d'Emmanuel Macron ne sont eux-mêmes que 57% à soutenir la mesure et les retraités, qui valident majoritairement les autres axes pressentis, n'accordent que 47% de satisfecit à cette éventualité. Les actifs sont généralement rétifs devant les trois dernières mesures cités. Les catégories populaires sont les désapprobatrices. Les pourcentages d'opinions favorables recueillis parmi elles vont de 35% à 58%. 

De forts contrastes politiques 

Les électeurs d'Emmanuel Macron appuient ces pistes dans l'ensemble. Leur assentiment évolue de 74% à 90% (sauf pour le chapitre du plafonnement des indemnités prud'homales donc) selon les articles envisagés, et ceux de François Fillon sont entre 64% et 84% à voir d'un bon œil les éléments avancés. 

Si l'on examine les autres affinités politiques, on constate que seule l'idée d'un référendum d'entreprise trouve grâce aux yeux des sympathisants de Jean-Luc Mélenchon, avec 51% d'adhésion. La même mesure suscite un écho favorable chez 54% des anciens soutiens de Benoît Hamon et 52% de ceux de Marine Le Pen. Un autre élément pourrait séduire les partisans de l'ex-candidat socialiste et de la leader frontiste. La fusion des instances représentatives du personnel recueille respectivement auprès d'eux 72% et 53% d'opinions favorables.

Les Français désapprouvent l'emploi des ordonnances dans ce dossier

Dans ce dossier de la réforme du Code du travail, la forme compte aussi. L'emploi d'ordonnances pour légiférer dans le domaine du travail soulève la controverse dans la classe politique, comme dans l'opinion. 58% des personnes interrogées y sont opposés. Les catégories moyennes sont les plus hostiles à ce procédé, avec un taux d'opposition de 61% pour les premières et de 60% pour les secondes.

En outre, les disparités sont fortes sur cette question selon les sensibilités politiques. 61% des anciens électeurs du candidat de la droite et du centre sont favorables à cette procédure particulière, et 75% des partisans de l'actuel président de la République abondent dans le même sens. En revanche, les anciens partisans de Benoît Hamon sont 70% à rejeter le principe des ordonnances dans ce cas, et l'opposition atteint 77% parmi les électeurs de Jean-Luc Mélenchon et de Marine Le Pen. 

Echantillon de 1000 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes: sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération. Interrogation par Internet les 27 et 28 juin 2017.

Robin Verner