BFMTV

Sommet franco-allemand : les propositions

A l'issue du sommet extraordinaire Franco-Allemand de ce mardi plusieurs mesures pourraient être mise en place au sein de la zone euro.

A l'issue du sommet extraordinaire Franco-Allemand de ce mardi plusieurs mesures pourraient être mise en place au sein de la zone euro. - -

Ce mardi Nicolas Sarkozy et Angela Merkel, la chancelière allemande, ont tenu un sommet extraordinaire dans le cadre de la crise de la dette. A l'issue de ce sommet, la France et l'Allemagne annoncent plusieurs mesures dont la volonté de créer un gouvernement de la zone euro.

Lors de la conférence de presse tenue par le président Nicolas Sarkozy à l'issue du sommet extraordinaire franco-allemand de ce mardi plusieurs mesures pourraient être mise en place au sein de la zone euro.

Gouvernement de la zone euro

La France et l’Allemagne vont proposer la création d’un "véritable gouvernement de la zone euro". Les deux dirigeants proposent que ce nouveau poste revienne à l'actuel président de l'Union européenne Herman Van Rompuy. Le président de cette zone euro serait nommé pour deux ans et demi.

Taxe sur les transactions financières

La France et l'Allemagne proposeront au mois de septembre que l’UE instaure une taxe sur les transactions financières. "Les ministres des Finances allemand et français déposeront sur la table des instances européennes une proposition commune, dès le mois de septembre prochain, de taxe sur les transactions financières", a indiqué M. Sarkozy.

Eurobonds

Sur les eurosbonds, Nicolas Sarkozy prévient que "des eurobonds prématurés mettraient en dangers les pays stables" tout en affirmant que "ces eurobonds pourraient être l’aboutissement d’un processus d’intégration".

De son côté, la chancelière Allemande a déclaré : "A l'heure actuelle nous ne considérons pas les eurobonds comme la meilleure solution".

Règle d’or

La France et l'Allemagne vont aussi proposer que les 17 pays membres de la zone euro adoptent la "règle d'or" sur l'équilibre budgétaire avant l'été 2012

Impôt commun

Nicolas Sarkozy annonce également la volonté de création d’un "impôt sur les sociétés commun" franco-allemand.