BFMTV

Rodéos urbains: Darmanin réclame au patron de la police contrôles et saisies de deux roues

Gérald Darmanin, le 13 janvier 2021 à l'Élysée.

Gérald Darmanin, le 13 janvier 2021 à l'Élysée. - LUDOVIC MARIN / AFP

Dans une note adressé au directeur général de la police, Gérald Darmanin demande des mesures concrètes pour lutter contre les rodéos urbains, à savoir 50 opérations de contrôles et la saisie "systématique" des deux roues et des quads.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a adressé mercredi une note au directeur général de la police, Frédéric Veaux, pour demander "cinquante" opérations de contrôles et de "saisir systématiquement les deux roues" dans les quartiers les plus touchés par les rodéos urbains.

"Je vous demande de mettre en oeuvre dès samedi, et dans les semaines qui viennent, cinquante opérations dans les communes ou quartiers les plus impactés", écrit le ministre dans cette note consultée par l'AFP.

Trois consignés énoncées

Gérald Darmanin détaille trois consignes aux forces de l'ordre. Il demande d'"identifier préventivement les lieux de stockage et saisir systématiquement les deux roues et quads pouvant servir à commettre les rodéos".

Il veut aussi que les policiers mènent des "opérations de contrôles coordonnées" dans les endroits les plus touchés, "en recherchant une occupation massive et stratégique des axes ou espaces empruntés".

Des procédures judiciaires devront être initiées "dans le but d'identifier les auteurs par tous les moyens à disposition" et des "poursuites pénales" devront être engagées, réclame encore Gérald Darmanin.

459 personnes interpellées depuis janvier 2021

L'arrivée de l'été et l'allégement des mesures sanitaires "sont favorables à la multiplication" des rodéos urbains "insupportables pour nos concitoyens, notamment dans les quartiers populaires qui les subissent en particulier", insiste le ministre.

Depuis le début de l'année, 597 engins ont été saisis et 459 personnes interpellées dans les zones relevant de la compétence de la police nationale, détaille-t-il.

Les rodéos motorisés, devenus des délits depuis la loi du 3 août 2018, sont passibles d'un an de prison et de 15.000 euros d'amende.

Jeanne Bulant avec AFP Journaliste BFMTV