BFMTV

Un président ne devrait pas dire ça... Et peut-être "même pas le penser", complète Montebourg

Arnaud Montebourg à Sciences Po Paris, le 18 octobre 2016.

Arnaud Montebourg à Sciences Po Paris, le 18 octobre 2016. - Bertrand Guay - AFP

Le candidat à la primaire du PS Arnaud Montebourg a critiqué mardi les propos du président de la République rapportés dans le livre Un président ne devrait pas dire ça, estimant que "peut-être ne devrait-il même pas le penser".

Le problème, "ce n'est pas tant" que le chef de l'Etat dise ce qu'il dit, mais plutôt d'imaginer qu'il ait "un certain nombre de pensées qui tranchent avec ce qu'on attend de l'homme qui rassemble les Français, qui cherche à traiter et solutionner de graves problèmes (...) et aussi défendre l'intérêt supérieur du pays", a expliqué Arnaud Montebourg, invité du "Grand Oral" des étudiants de Sciences-Po.

Interrogé sur les propos du chef de l'Etat sur la justice (qualifiée d'"institution de lâcheté"), l'ancien avocat a jugé qu'ils étaient "embarrassants pour celui qui est chargé de protéger l'institution judiciaire".

"Je crois qu'il a des mots assez méprisants pour certaines catégories de la société. Je crois que le président de la République doit aimer les Français", a ajouté Arnaud Montebourg, faisant sans doute allusion aux commentaires prêtés au président sur les footballeurs de l'Equipe de France.

V.R. avec AFP