BFMTV

Peillon sur la laïcité: "Faire un Etat neutre, ça n'est pas attaquer des identités"

Vincent Peillon était l'invité d'Olivier Truchot ce vendredi soir sur BFMTV. L'ancien ministre de l'Education nationale, candidat à la primaire à gauche, a longuement évoqué la laïcité.

Vincent Peillon, candidat à la primaire à gauche, a appelé vendredi sur BFMTV à ne pas construire une laïcité sur des dogmes intolérants. "C'est un débat qui est assez ancien dans le monde laïc et dans le fond depuis l'origine. Est-ce que la laïcité est l'organisation de la liberté de conscience pour chacun, la liberté de ne pas croire, c'est mon cas, ou de croire. Ou est-ce que c'est une orthodoxie à rebours qui aurait des dogmes, marquerait une forme d'intolérance et, faisons très attention, désignerait certaines populations", a expliqué le candidat à la primaire à gauche.

Le député européen a confié que la laïcité se devait d'être un symbole de la tolérance à tous points de vue. "Faire un Etat neutre et un Etat quand même qui se fasse respecter, ça n'est pas attaquer un certain nombre d'identités qui sont des identités historiques, qui sont des identités culturelles", a-t-il confié.

Concernant l'islam, Vincent Peillon souhaite lutter contre les préjugés auxquels cette identité religieuse fait face. "Quand vous ne faites pas la différence, qu'il faut absolument maintenir car ce serait le pire pour notre Nation, entre cet islamisme radical et les musulmans, vous commettez une erreur", a-t-il regretté.

La polémique du burkini

Le candidat à la primaire à gauche est revenu sur la polémique du burkini. "Porter un burkini, j'ai bien lu la loi de 1905, je l'ai enseignée pendant 30 ans, personne ne dit qu'on doit s'habiller comme ci ou comme ça. Nous avons sur notre territoire des millions de personnes à qui il faut faire comprendre que la République est leur famille, leur avenir, leur émancipation et pas les dresser évidemment par des amalgames, par des brutalités contre les principes de la République".

Les ultras de chaque religion ne représentent pas le corps religieux

Enfin, Vincent Peillon s'est dressé contre l'amalgame entre les ultras et l'ensemble des représentants d'une religion.

"C'est comme si vous me disiez les ultras de la Manif pour tous, qui sont contre l'avortement, représentent tous les catholiques de France. Ça, vous ne le faites pas, mais pour les musulmans ça ne vous gêne pas. Et moi je vous dis, vous n'êtes pas des laïcs quand vous faites ça. Pourquoi? Parce que vous n'équilibrez pas dans la justice votre jugement. Je connais des juifs ultra-orthodoxes, en France ou ailleurs, ils ne représentent pas entièrement la communauté juive et les juifs. Si vous amalgamez les plus ultras de chaque religion avec le corps religieux, vous faites quelque chose de très dangereux", s'est-il insurgé.

L'ancien ministre de l'Education nationale a conclu en faveur de la communauté musulmane: "Si vous lisez les études sociologiques sur la présence de la religion musulmane en France, vous découvrirez que l'intégration, la laïcité est allée à une vitesse beaucoup plus grande que pour d'autres familles religieuses".
Astrid Landon