BFMTV

Cambadélis sanctionnera le député PS qui a rencontré Bachar al-Assad

Le Premier secrétaire du PS n'a pas apprécié la visite d'un député de son parti à celui qu'il qualifie de "boucher".

Le Premier secrétaire du PS n'a pas apprécié la visite d'un député de son parti à celui qu'il qualifie de "boucher". - Patrick Kovarik - AFP

Jean-Christophe Cambadélis n'est pas content. Le patron du PS en veut à Gérard Bapt. Le député socialiste de Haute-Garonne fait partie de la délégation d'élus français qui ont rencontré Bachar al-Assad en Syrie. Pour cela, Gérard Bapt risque des sanctions. "Je condamne totalement ce déplacement", proteste Jean-Christophe Cambadélis sur RTL. "Bachar n'est pas un dictateur, c'est un boucher".

"J'ai déjà écrit à Gérard Bapt, je le convoquerai, et il sera déféré devant la haute autorité du parti socialiste", a assuré le Premier secrétaire du PS.

Manuel Valls a confirmé ce matin la position du patron de son parti, en parlant de "faute morale" à propos de cette visite à Bachar al-Assad, qu'il a à son tour qualifié de "boucher". Il demande lui aussi à la haute autorité du PS de faire son travail.

Quatre députés: un PS, un UDI et deux UMP

Le gouvernement n'a pas de moyen direct de sanctionner cette visite de parlementaires, en vertu de la séparation des pouvoirs exécutifs et législatifs, comme l'a souligné le Quai d'Orsay mercredi. Ce qui explique ce recours à la haute autorité du Parti socialiste.

Le député PS s'est rendu en Syrie mardi, en compagne de trois parlementaires (Jacques Myard et Jean-Pierre Vial, UMP, et François Zocchetto, UDI). Jacques Myard a déclaré mercredi que la France "ne pouvait pas ignorer" Bachar al-Assad.

A l'UMP, François Fillon félicite l'initiative parlementaire

Du côté de l'UMP, François Fillon a déclaré que les parlementaires avaient "eu raison d'y aller", car il faut "écouter tous les partis". "Si j'avais l'occasion d'aller en Syrie, j'irais en Syrie", a-t-il ajouté.

Depuis 2012, aucun représentant français n'avait rendu visite au pouvoir syrien. La France, la Grande-Bretagne, l'Italie, l'Allemagne et l'Espagne ont officiellement rompu leurs relations diplomatiques avec le pouvoir de Damas. L'ambassade française en Syrie est fermée depuis le 29 mai 2012, et l'ambassadrice de Syrie en France a été déclaré persona non grata.

A. K. et J.S