BFMTV

Aubry : "Il n'est pas trop tard pour réussir le quinquennat"

Martine Aubry, le 15 mai 2014 à Lille.

Martine Aubry, le 15 mai 2014 à Lille. - -

La maire PS de Lille a vivement critiqué la réforme des régions proposée par le gouvernement, vendredi lors d'une conférence de presse à Paris. Les députés ont voté vendredi matin une nouvelle carte des régions.

Discrète sur le plan national depuis son départ de la direction du PS, en septembre 2012, Martine Aubry a pris la parole au sujet du quinquennat de François Hollande, vendredi à Paris.

La maire de Lille s'est notamment exprimée au sujet de la réforme territoriale proposée par le gouvernement, projet qu'elle critique vivement.

"Il n'est pas trop tard pour réussir le quinquennat, il n'est pas trop tard pour réussir la réforme de la décentralisation et cette réforme sur les régions (...), au Sénat on pourrait revenir vers la raison", a-t-elle déclaré.

Les députés ont voté tôt ce matin une nouvelle carte des régions, comprenant une fusion entre les régions Nord-Pas-de-Calais et Picardie. Martine Aubry s'est particulièrement insurgé contre cette décision vendredi, qu'elle a qualifié d'"aberration économique et sociale".

"On a fait de belles choses, on en a loupé d'autres"

S'exprimant au sujet du quinquennat de François Hollande, l'ancienne ministre a déclaré que l'"on a fait de belles choses, on en a loupé d'autres". "Si depuis deux ans dans tous les domaines, on avait eu une grande vision et une méthode, on aurait eu un peu moins de problèmes", a-t-elle jugé.

Au sujet de la réforme territoriale, projet clé du gouvernement actuel, Martine Aubry n'a pas mâché ses mots.

"On n'est pas en train de faire du Monopoly ou jouer à Sim's City. On touche aux origines de chacun", a-t-elle déclaré. Expliquant "vouloir aller plus loin sur le fond", elle a poursuivi en évoquant l'idée d'une grande région, qui comprendrait non seulement le Nord-Pas-de-Calais et la Picardie, mais aussi la Normandie.

Le député François Loncle "consterné"

Le député PS François Loncle s'est dit "consterné" par la réaction "navrante" de Martine Aubry qui est sortie vendredi de son silence pour faire part de son opposition à la fusion entre le Nord-Pas-de-Calais et la Picardie

"J'y vois de l'amertume. Elle n'est pas au gouvernement, pas à l'Assemblée. Maintenant il y a un patron au PS, un patron au gouvernement. C'est plus un témoignage de son désarroi et de son impuissance qu'autre chose", a estimé le député de l'Eure.

V.P. avec AFP