BFMTV

Pétition sur la prostitution: le rapporteur de la loi réagit

BFMTV

Le rapporteur socialiste de la proposition de loi contre la prostitution, Maud Olivier, a appelé lundi les signataires de la pétition lancée par le chanteur Antoine à cesser l'"hypocrisie" et à être "responsables".

Elle s'est étonnée que les signataires "n'aient manifestement pas lu la proposition de loi renforçant la lutte contre le système 'prostitutionnel'". La députée a souligné dans un communiqué qu'"au contraire de l'affirmation de la phrase, 'nous refusons la pénalisation des gens qui se prostituent', les personnes prostituées se verront dépénalisées puisqu'il est prévu l'abrogation du délit de racolage".

"Bien sûr, il est beaucoup moins sexy et glamour de parler de violences, de victimes de la traite et de l'exploitation sexuelle d'êtres humains, femmes et enfants, que de se revendiquer adeptes de liberté sexuelle - même si en l'occurrence on ne parle que de la liberté des hommes (99% des clients de la prostitution sont des hommes)", lance cette élue de l'Essonne.

Maud Olivier a par ailleurs souligné qu'"entre les fantasmes de certains et la réalité que vivent 90% des personnes prostituées victimes du proxénétisme et de la traite, il y a le monde de la violence et l'argent de la traite gérés par les réseaux internationaux du crime organisé". "Comment faire semblant d'ignorer que c'est l'argent des clients qui alimente les proxénètes?", demande-t-elle.

"Alors assez d'hypocrisie, soyez sérieux et responsables", exhorte encore Maud Olivier, suggérant que "chacun des signataires de la pétition, qui se disent 'd'accord pour que le gouvernement lutte contre tout ce qui est prostitution contrainte', verse sa contribution pour abonder" le futur fonds pour l'accompagnement de sortie de la prostitution de celles et ceux qui le souhaitent.

M. K. avec AFP