BFMTV

Mariage homo: un moment "historique" teinté de "déchirements"

L'adoption du projet de loi sur le mariahe et l'adoption pour les couples homosexuels constitue un "moment historique" qui garde un "goût amer", estime la presse, ce mercredi matin.

L'adoption du projet de loi sur le mariahe et l'adoption pour les couples homosexuels constitue un "moment historique" qui garde un "goût amer", estime la presse, ce mercredi matin. - -

REVUE DE PRESSE - Au lendemain du vote du projet de loi sur le mariage pour tous à l'Assemblée, la presse est unanime: la France vit un moment historique.

Le mariage homosexuel occupe bien évidemment unes et éditos de la presse nationale et régionale, ce mercredi matin, au lendemain de l'adoption du projet de loi à l'Assemblée nationale. Tous les journaux -ou presque- y voient un moment "historique" qui garde toutefois un "goût amer".

Un texte "au panthéon de l'évolution sociétale"

"La loi, votée hier, s'apparente à un de ces tournants historiques qui, sans être révolutionnaires, changent le cours de la vie", souligne ainsi Jean-Claude Souléry pour La Dépêche du Midi.

Une analyse partagée par Jacques Camus (La Montagne, Centre France): "Qu'on le veuille ou non, l'adoption, par l'Assemblée, de la loi sur le mariage homosexuel et l'adoption, constitue un vote historique." Un "oui historique", écrit Metro.

"Le moment prétend à l'exceptionnel. Peut-être même rejoindra-t-il au panthéon de l'évolution sociétale des textes comme la légalisation de l'IVG (1975) ou l'abolition de la peine de mort (1981)", estime pour sa part Philippe Marcacci (L'Est Républicain).

Pour L'Humanité qui titre à la une: "Gays, Gays, marions-les!", ce vote est "historique". Son éditorialiste Jean-Emmanuel Ducoin écrit: "Cette victoire est essentielle pour les couples et les familles. Elle annonce la disparition prochaine d'une inégalité qui, au fil des bouleversements de la vie, était devenue insupportable."

"Moment de division"

"Les historiens diront peut-être que ce 23 avril 2013, au milieu des périls, la France s'est offert une bien étrange diversion", commente de son côté Paul-Henri du Limbert, dans Le Figaro, qui se demande si les "Sages peuvent dire non?" au mariage homosexuel.

Un vote au "goût amer", regrette Jean-Michel Servant dans le Midi Libre. Et d'expliquer: "Attendue par une majorité de Français, l'adoption du mariage pour tous restera comme un moment de division. Une fête gâchée par l'aveuglement d'une minorité passéiste et jusqu'au-boutiste, bafouant les principes fondamentaux de la démocratie."

Pour Michel Urvoy (Ouest-France): "La majorité a commis des erreurs qui ont contribué à remplir la rue: elle a tergiversé, donnant l'impression tantôt d'hésiter, tantôt de cacher des intentions."

Déchirements

"On aurait préféré qu'une telle évolution sociétale résulte d'un consentement mutuel. Tel n'a pas été le cas après sept mois de débats au cours desquels les oppositions, loin de se réduire, n'ont fait que s'accentuer", déplore Jacques Camus (La Montagne).

"Il y aura encore des déchirements, des manifestations. Mais, une fois les premières unions célébrées, il ne sera plus question de revenir en arrière. La société française aura tout simplement changé", conclut Philippe Marcacci (L'Est Républicain).


A LIRE AUSSI:

>> L'Assemblée adopte définitivement le mariage homosexuel

>> Mariage homo: le Conseil constitutionnel peut-il retoquer la loi?

A.S. avec AFP