BFMTV

Nadine Morano: "M. Tsipras fait un bras d'honneur au peuple grec"

Invitée de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC, l'ancienne secrétaire d'État chargée de la famille a pointé du doigt la volte-face du chef du gouvernement grec au lendemain de ses propositions pour réformer le pays.

Pour Nadine Morano, c'est une trahison. Si Alexis Tsipras a bien respecté le dernier délai qui lui était accordé pour présenter ses réformes auprès de l'eurogroupe, jeudi tard dans la soirée, le chef du gouvernement grec a fait des propositions "contraire(s) à son programme", estime la députée européenne, invitée de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC.

Quatre jours après un référendum confirmant le soutien du peuple grec à son égard, Alexis Tsipras a donc présenté une feuille de route de réformes qui vont dans le sens de ce qu'attendait l'Europe. Mais pour Nadine Morano, "ces propositions sont les mêmes exigées par l'Eurogroupe il y a six mois", fustige l'ancienne secrétaire d'État à la famille.

"Alexis Tsipras fait le contraire du programme pour lequel il a été élu. Il n'a eu besoin que de quelques jours pour faire un bras d'honneur au peuple grec. C'est inutile de faire un référendum coûteux pour, quatre jours après, changer son fusil d'épaule. Tsipras est un populiste doublé d'un extrémiste", a regretté Nadine Morano.

La députée européenne craint aussi pour les autres pays de la zone euro, créancière du pays en crise: "Il n'y a pas que la France qui s'est mobilisée pour sortir la Grèce de cette crise. Je pense aux Portugais, aux Espagnols, aux Irlandais... Mais c'est la Grèce qui est responsable de sa situation", a-t-elle tenu à préciser.

"La religion musulmane doit rester minoritaire en France"

Au micro de Jean-Jacques Bourdin, Nadine Morano a également confirmé avoir signé la controversée pétition du site Valeurs Actuelles, intitulée "Touche pas à mon église". Cette pétition destinée à sauver les églises "même désaffectées", initiée par l'éditorialiste Denis Tillinac, a été signée par Nicolas Sarkozy, Philippe de Villiers ou encore Éric Zemmour.

"Je crois que nous devons défendre nos racines judéo-chrétiennes. La République est laïque mais la France est un pays judéo-chrétien. Il faut préserver nos églises et pour cela maîtriser notre immigration. Cela veut aussi dire que la religion musulmane doit rester minoritaire en France. Mais il ne faut pas hystériser le débat" a conclu Nadine Morano.

Johann Duriez-Mise