BFMTV

Municipales à Paris: Hugues Renson veut donner plus de pouvoir aux conseils de quartier

Le député de la 13e circonscription de Paris a pointé trois défis pour la ville: "le cadre de vie" qui "se détériore à Paris", "la mise à l'écart des Parisiens dans les décisions qui les concernent" et enfin la nécessité de "retrouver le goût du collectif".

Le vice-président de l'Assemblée, Hugues Renson, a annoncé dimanche soir qu'il se lançait à son tour dans la course à l'investiture LaREM pour les municipales à Paris. Il a détaillé ce lundi, sur notre antenne, son programme pour la capitale.

Le député de la 13e circonscription de Paris a pointé trois défis pour la ville: "le cadre de vie" qui "se détériore à Paris", "la mise à l'écart des Parisiens dans les décisions qui les concernent" et enfin la nécessité de "retrouver le goût du collectif".

"Paris est une vile où il ne fait plus bon vivre"

"Le cadre de vie se détériore. Les questions sur la pollution, la propreté, la sécurité, l'anarchie dans les rues, sont des sujets sur lesquels les Parisiens sont pleinement engagés", a affirmé sur notre antenne Hugues Renson, déplorant par ailleurs "que le coût de la vie explose". Et pour le candidat de conclure: "Paris est une vile où il ne fait plus bon vivre. C'est une ville qui se vide. C'est une ville musée extraordinaire mais cela ne peut pas être que cela. Paris doit être une ville où on vit et où on vit bien."

"Un big-bang institutionnel"

Parmi les grandes mesures d'Hugues Renson, bousculer le système institutionnel de la mairie de Paris et remettre les conseils de quartier au centre de la politique.

"Les solutions se perdent dans un enchevêtrement politico-administratif incompréhensible. Il y a les arrondissements, la mairie centrale, la préfecture de police, la Région, bientôt le Grand Paris. Les citoyens sont tenus à l'écart", déplore le candidat qui propose un "big-bang institutionnel pour changer l'organisation de la ville."

"Je propose que nous passions d'une gestion par arrondissement à une gestion plus démocratique par les conseils de quartier. La mairie centrale fixe un cap, détermine des objectifs et assume une responsabilité politique. Et les citoyens peuvent se déterminer sur les problématiques de végétalisation, de pollution, de sécurité, à l'échelle du quartier."

Chez LaREM, arrivée en tête aux élections européennes dans la capitale, quatre marcheurs étaient déjà sur les rangs pour les municipales de mars 2020: Anne Lebreton, Cédric Villani, Mounir Mahjoubi et Benjamin Griveaux.

Cyrielle Cabot