BFMTV

Moscovici ne sera pas candidat aux européennes de 2019

Le commissaire européen Pierre Moscovici lors de la présentation de son dernier livre, "Dans ce clair-obscur surgissent les monstres", à Athènes, le 8 février 2018

Le commissaire européen Pierre Moscovici lors de la présentation de son dernier livre, "Dans ce clair-obscur surgissent les monstres", à Athènes, le 8 février 2018 - LOUISA GOULIAMAKI , AFP/Archives

Le commissaire européen Pierre Moscovici a annoncé qu'il ne serait pas candidat aux élections européennes de 2019. Il a également exprimé "sa sympathie" pour le candidat du PS, Olivier Faure.

Le commissaire européen Pierre Moscovici a indiqué ce lundi qu'il n'était "pas candidat" aux élections européennes de 2019, et a exprimé sa "sympathie" pour Olivier Faure, candidat à la tête du Parti socialiste français.

"Stéphane Le Foll c'est du brutal"

Interrogé sur France 2 pour savoir s'il voterait pour Olivier Faure, Pierre Moscovici a répondu: "Le prochain congrès, je n'ai pas encore payé ma cotisation, je ne prendrai pas parti, je regarde avec sympathie ce que fait Olivier Faure".

"Stéphane Le Foll, c'est de la politique à la Audiard, c'est du brutal, il prête à d'autres des accords d'appareil que je n'ai pas faits. Olivier Faure a ma sympathie parce que je trouve qu'il a le profil le plus ouvert. Mon vote est secret", a-t-il ajouté.

Candidat au débat et aux idées

Interrogé dimanche sur une éventuelle candidature aux européennes de Pierre Moscovici, l'ex-ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll avait dit avoir "vu qu'il était candidat et qu'il avait apporté d'ailleurs son soutien à Olivier Faure" pour la direction du PS.

Ce lundi pourtant, le commissaire européen aux Affaires économiques a déclaré ne pas être candidat aux européennes :

"Je ne suis pas candidat. Aujourd'hui je suis candidat à une chose, au débat et aux idées (...) Je suis commissaire européen, j'ai encore quelques petites choses à faire et je les ferai jusqu'au bout", a-t-il déclaré sur France 2.

"Ne pas laisser l'Europe à la droite et au centre"

"Je regarde les européennes (...) (le débat) commence, je vais m'y impliquer, je pense que la gauche européenne doit y avoir sa place, mais il faut être intelligent là dedans, et le message que je veux passer aux sociaux-démocrates en Europe, c'est très simple: ne laissez pas l'Europe à la droite et au centre (...) et puis ne laissez pas non plus la gauche aux nationalistes type Mélenchon. Il faut être à la fois totalement social démocrate, totalement progressiste, et totalement européen".

M. F. avec AFP