BFMTV

"Mariages chinois": Jean Germain, l'ex-maire de Tours, retrouvé mort

Jean Germain le 30 mars 2014 à Tours, lors de l'annonce de sa défaite

Jean Germain le 30 mars 2014 à Tours, lors de l'annonce de sa défaite - Guillaume Souvant - AFP

Jean Germain, sénateur PS et ancien maire de Tours, ne s'est pas présenté mardi matin à l'ouverture du procès des "mariages chinois" dans lequel il devait comparaître. Il a été retrouvé mort près de chez lui.

"Je sais le mal que je vais faire, la peine que je vais diffuser à ceux qui m'aiment mais on ne peut laisser la chasse systématique aux politiques se dérouler normalement, quotidiennement". Dans une des deux lettres d'adieu retrouvées mardi, l'ancien maire de Tours, Jean Germain, laissait transparaître son désespoir alors que s'ouvrait le procès des "mariages chinois", dans lequel il devait comparaître. "Le procès sera repoussé en octobre", a précisé le procureur à BFMTV.

L'élu, qui ne s'est pas présenté à l'audience, a été retrouvé mort dans un local près de chez lui. Il a été tué par un tir de fusil de chasse, "dont un des coups a été tiré par lui-même", a indiqué le procureur, confirmant la thèse du suicide. 

Agé de 67 ans, Jean Germain devait comparaître pour "complicité de prise illégale d'intérêts et détournement de fonds publics", dans le cadre de l'organisation de simulacres de mariages pour touristes chinois que le maire de Tours célébrait ceint de son écharpe tricolore entre 2007 et 2011.

Son avocat inquiet, n'avait pas de nouvelles de lui

"Il était très très mal ce matin", a déclaré Maître Dominique Tricaud lors de l'appel des accusés dans le procès qui devait s'ouvrir ce mardi, et dont l'audience a été suspendue. "C'est quelqu'un qui est profondément confiant dans les institutions de la République et en même temps il avait le sentiment depuis le début de cette affaire d'une tentative de mise à mort politique. Peut-être finalement, cette mise à mort n'a pas été que politique", a-t-il expliqué à BFMTV.

Le litige porte notamment sur la "disparition" de quelque 700.000 euros. "On est dans le ragot", s'est insurgé maître Tricaud, à l'évocation de cette somme. "L'essentiel est constitué par des frais de transport", assure-t-il. L'enjeu de ces mariages chinois et généralement de toute la coopération entre la Touraine et la Chine représente moins de 0,5 de tout le budget de la ville. Alors cela représente des sommes importantes, mais pour quelqu'un qui était sénateur et président d'un comité d'agglomération, ce n'était pas sa tasse de café quotidienne".

Un procès vécu "comme un déshonneur"

Pour tenter d'expliquer la détresse se son client, maître Tricaud évoque le fait que la ville se soit portée partie civile. "Le fait que cette ville pour laquelle il s'est tant battu pendant 20 ans, l'accuse, a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase", explique-t-il. Quant à ses éventuels torts, Jean Germain avait selon son avocat coutume de dire que "comme beaucoup d'autres, il a manqué de discernement". "Je l'ai vu la dernière fois la semaine dernière, il disait que personne dans sa famille n'avait jamais été sur le banc des accusés (...) Il le vivait comme un déshonneur. Tout le monde est bouleversé, même ses adversaires", a ajouté l'avocat.

Jean Germain, sénateur socialiste, est accusé de "complicité de prise illégale d'intérêts et détournement de fonds publics" dans le cadre de l'organisation de simulacres de mariages pour touristes chinois que le maire de Tours célébrait muni de son écharpe tricolore entre 2007 et 2011.

Une ancienne membre du cabinet du maire de Tours, Lise Han, est mise en examen pour escroquerie dans l'affaire des mariages chinois. La justice la soupçonne d'avoir été la gérante de fait de la société qui organisait ces mariages en Touraine. Jean Germain a fait savoir qu'il ignorait les agissements de Lise Han.

Il a été battu aux dernières élections municipales, alors qu'il briguait un quatrième mandat.

>> Ci-dessous, la lecture par son avocat de la lettre d'adieu laissée par Jean Germain.

D. N.