BFMTV

Maréchal-Le Pen à Washington: un discours d'extrême droite pour Brune Poirson

Marion Maréchal-Le Pen à Washington jeudi lors de son discours  devant les conservateurs américains

Marion Maréchal-Le Pen à Washington jeudi lors de son discours devant les conservateurs américains - AFP

Après le discours de Marion Maréchal-Le Pen jeudi à Washington devant les conservateurs américains, la secrétaire d'Etat Brune Poirson a dénoncé ce vendredi le côté "mortifère" et "typiquement d'extrême droite" de son allocution.

Le discours de Marion Maréchal-Le Pen jeudi lors d'un rassemblement conservateur à Washington était, "malgré les sourires", "typiquement d'extrême droite", "mortifère", et non un discours conservateur, a réagi ce vendredi la secrétaire d'Etat Brune Poirson.

"On demande aux nations de se dresser"

"On est encore ici typiquement dans un discours d'extrême droite. Il ne faut pas s'y tromper, ce n'est pas un discours conservateur", a déclaré sur France 2 Brune Poirson, qui avait succédé à la nièce de Marine Le Pen en juin comme députée LREM dans la 3e circonscription du Vaucluse, avant d'entrer au gouvernement. 

"Derrière les sourires, des mots qui sur le coup peuvent flatter l'ego, il y a un discours mortifère: quand on dit l'Amérique en premier aux Américains, l'Angleterre en premier aux Anglais, la France en premier aux Français, c'est un discours où l'on demande aux nations de se dresser, donc on les met en compétition les unes contre les autres. Sauf que sur le podium, il n'y a qu'une seule place. Ce n'est pas du patriotisme, c'est du nationalisme, et ça, ça mène à la guerre", a-t-elle développé.

Donald Trump encensé

Brune Poirson dit retrouver dans le discours de Marion Maréchal-Le Pen "les mêmes façons" et "les mêmes techniques" qu'elle a pu connaître dans sa circonscription, c'est-à-dire "la technique Le Pen". "Sauf que quand vous regardez, le bilan Le Pen, c'est une feuille blanche; en tout cas pour les Vauclusiens ça l'a été", a-t-elle conclu.

Marion Maréchal-Le Pen a effectué un retour remarqué jeudi lors de ce rassemblement très en vue, où elle a encensé le président américain Donald Trump et souhaité "rendre à la France sa grandeur".
M. F. avec AFP