BFMTV

Manon Aubry s'explique après une offre de stage polémique au Parlement européen

BFMTV

L'euro-députée LFI a été attaquée sur les réseaux sociaux après avoir posté une annonce de stage dont la rémunération et les horaires ont choqué des internautes. L'élue s'est expliquée.

"Tu cherches un stage de fin d'études? Tu te débrouilles en com et t'intéresses à ce qu'il se passe dans les institutions européennes?". Dimanche, Manon Aubry, députée européenne La France Insoumise a posté une annonce de stage sur sa page Twitter, et déclenché un petit tollé. En cause, la fiche de poste notifiant que le stagiaire devrait travailler 42 heures par semaine pour un salaire de 1200 euros bruts par mois.

De plus, pour l'étudiant "en M2 en sciences humaines ou communication publique" qui sera sélectionné, la liste des tâches semble longue: faire du montage, sous-titrage, créer des visuels, faire de la "veille et rédaction d’argumentaires en lien avec l’actualité", des recherches documentaires ou encore travailler "en autonomie sur une thématique particulière co-décidée avec Mme Aubry", précise l'annonce. 

Face à la liste des tâches, le temps de travail fixé au-dessus des 35 heures en vigueur en France et la rémunération proposée, de nombreux internautes ont pointé du doigt le décalage entre l'engagement social des Insoumis contre la précarité et cette offre qui s'apparente à première vue à un CDD caché pour certains.

"8,5 heures pour une journée ordinaire"

Sollicitée par le Huffington Post, l'euro-députée qu'elle ne faisait que respecter les règles du Parlement européen. Selon un règlement interne qu'elle a transmis au média, le temps de travail pour un stagiaire à temps plein est fixé à "8,5 heures pour une journée ordinaire", soit un peu plus de 42 heures sur cinq jours.

Côté rémunération, le Parlement européen reste assez vague quant aux stages auprès d'un député ou d'un groupe politique: ils "dépendent, en effet, des capacités d’accueil et règles internes des groupes politiques et des bureaux des députés. De ce fait, les modalités des stages, leur durée, les dates d’inscription et la rémunération y afférente peuvent varier", explique un document européen daté de 2018.

Manon Aubry assure de son côté que l'indemnité proposée est dans la fourchette "très haute" de ce qui se fait à Bruxelles et que la rémunération des stages "démarre à 816 euros par mois". Elle précise également dans un tweet que la somme proposée est "le double de l'indemnité légale minimum en France (de 577€ / mois)".

Salomé Vincendon