BFMTV

Wauquiez: "Il n'y a plus assez de différence entre le travail et l'assistanat"

-

- - -

Le futur président de la région Rhône-Alpes-Auvergne se dit prêt à travailler avec le gouvernement "sur les questions d'intérêt général". Mais à certaines conditions.

Travailler avec le gouvernement sur le chômage? Laurent Wauquiez, qui a gagné les élections régionales en Rhône-Alpes-Auvergne dimanche, n'a rien contre.

"Je suis prêt à travailler avec le gouvernement sur les questions de chômage", dit-il sur BFMTV et RMC. "Mais à certaines conditions. S'il s'agit encore de nous proposer des mesures de traitement social du chômage, consistant à mettre des gens en formation pour les sortir des statistiques, c'est sans moi. Il faut que ce soit des mesures qui soient orientées vers le travail, sinon cela ne m'intéresse pas".

"La non-revalorisation du Smic est lamentable"

Pour lui, "le problème de notre pays c'est qu'il n'y a plus assez de différence entre le travail et l'assistanat." D'ailleurs, Laurent Wauquiez affirme qu'il aurait augmenté le Smic pour 2016 s'il avait été au pouvoir. Le gouvernement, lui, a annoncé une augmentation de seulement 0,6%.

"Dans le contexte actuel, nous considérons qu'un 'coup de pouce' n'est pas la meilleure solution pour augmenter le pouvoir d'achat compte tenu de ses effets sur le coût du travail et donc l'emploi", a justifié lundi la ministre du Travail Myriam El Khomri. 

Une décision que Laurent Wauquiez qualifie de "lamentable". "Cela veut dire qu'aujourd'hui en France, il n'y a pas assez de différence entre ceux qui vont travailler et ceux qui cumulent les prestations sociales". "Je considère qu'il faut revaloriser celui qui travaille parce qu'aujourd'hui en France, il n'y a plus d'incitation à travailler", ajoute-t-il. 

L'exécutif n'a plus accordé de "coup de pouce" au Smic depuis le 1er juillet 2012. La ministre estime que "pour favoriser le pouvoir d'achat", "l'outil le plus juste reste l'impôt". Elle a mis en avant les "allègements d'impôt sur le revenu des ménages les plus modestes", une baisse qui "sera amplifiée en 2016 avec deux milliards d'euros d'allègement supplémentaires" et l'instauration de la prime d'activité au 1er janvier 2016.

Par ailleurs, Manuel Valls a promis lundi "un ensemble de mesures nouvelles pour l'emploi" que François Hollande annoncera dès janvier.

https://twitter.com/ariane_k Ariane Kujawski Journaliste BFMTV