BFMTV

Un élu UMP veut faire participer les prisonniers aux frais de détention

Le député UMP Elie Aboud lors d'une session de questions au gouvernement, le 10 mars 2015.

Le député UMP Elie Aboud lors d'une session de questions au gouvernement, le 10 mars 2015. - Jacques Demarthon - AFP

Elie Aboud, député UMP de Béziers, veut déposer une proposition de loi prévoyant que les détenus paient une partie de leurs frais de détention. Une mesure qui pourrait selon lui rapporter de 280 à 300 millions d'euros à l'Etat.

Les prisonniers doivent-ils payer en partie leurs frais de détention? C'est en tout cas ce que pense un député UMP, Elie Aboud. L'élu de Béziers veut déposer une proposition de loi qui prévoit une participation financière des prisonniers à leurs frais de détention. Dans un entretien à Midi Libre, il rappelle que l'Espagne "réfléchit" à instaurer une telle mesure, et que les Pays-Bas font eux déjà participer leurs prisonniers "à hauteur de 16 euros par jour pour les frais d'hôtellerie et les frais de bouche". Une mesure adoptée en 2014 et qui dure deux ans maximum, pour une somme de 12.000 euros.

"Nous avons un vrai souci: les prisons françaises ont 57.500 places et nous avons 69.000 détenus. Ma famille politique dit qu'il faut plus de prisons et propose des partenariats public-privé (PPP). Je dis que ça coûtera beaucoup d'argent à nos enfants en termes de dette. Et puis il y a l'approche socialiste: on mettra plus de détenus hors du système carcéral quitte à faire du suivi. Je pose la question: est-il normal que les seuls Français à ne pas contribuer à l'effort soient les détenus?", demande Elie Aboud.

Une proposition de loi "réputée constitutionnelle"

Dans sa proposition de loi, le député biterrois indique qu'il a prévu d'exclure "les détenus mineurs et les 25% de prisonniers majeurs qui sont en attente de jugement". "Dans les 75%, restants, je sors les personnes relevant de l'article 31 de la loi pénitentiaire de 2009, c'est-à-dire celles qui n'ont pas de ressources. Nous aurons à peu près 280 à 300 millions d'euros chaque année", indique Elie Aboud. Le député prône de ventiler la somme vers la construction et l'embellissement des prisons (50%) et vers tout ce qui est pédagogique, dés-endoctrinement, formation, réinsertion... (50%).

Selon Elie Aboud sa proposition de loi a été "validée et est "réputée constitutionnelle". Mais le bureau de l'Assemblée nationale doit encore décider de l'inscrire ou non à l'ordre du jour. "Je ne veux pas attendre 2017 en étant passif. Je vais aller la défendre. Et je suis convaincu que si ce n'est pas demain, c'est après-demain", affirme-t-il.

Enfin, le député critique les sommes versées aux détenus à leur sortie de prison. "Vous avez une allocation temporaire d'attente qui varie entre 513 et 1.514 euros mensuels selon votre situation. C'est pas moral quand on a plusieurs enfants de toucher 50% de plus qu'un smicard qui se lève à 7h du matin et qui rentre à 19h". Et de conclure: "je ne veux pas qu'on me dise 'les pauvres prisonniers'".

A. K. avec AFP