BFMTV

UMP : vers une scission à l'Assemblée nationale ?

Copé proclamé vainqueur, Fillon conteste et menace de créer un nouveau groupe parlementaire.

Copé proclamé vainqueur, Fillon conteste et menace de créer un nouveau groupe parlementaire. - -

Le camp Fillon ne reconnaît pas la nouvelle victoire de Jean-François Copé annoncée par la commission des recours et envisage la création d'un nouveau groupe parlementaire.

La crise à l'UMP semble toujours loin d'être réglée, malgré la proclamation, lundi, de la victoire de Jean-François Copé. Non seulement François Fillon a immédiatement récusé les résultats de la commission des recours de l'UMP, mais a même fait savoir, par la voix de son porte-parole Jérôme Chartier, que la création d'un nouveau groupe à l'Assemblée nationale était envisagée.

"S'agissant de la création éventuelle d'un nouveau groupe, il y a une réunion mardi matin, à 9h30, des proches de François Fillon", a-t-il déclaré à BFMTV, affirmant que toutes les questions seront abordées.

>> A lire sur BFMTV : Chartier : "Fillon ne se fera pas l'artisan de la division, mais..."

Dimanche, Lionel Tardy, également pro-Fillon, avait déjà jugé "toutes les conditions réunies pour qu'il y ait une scission au sein du groupe UMP". "Quinze parlementaires suffisent pour faire un groupe, mais on sera plus nombreux que ça, il y aura énormément de monde, sans doute plus de monde qu'avec Jean-François Copé", affirmait-il alors.

L'attention se focalise sur les députés, car le groupe UMP au Sénat, bien qu'à majorité filloniste, reste pour le moment dans l'expectative.

Toutefois le désir de scission n'est pas partagé par tous les élus UMP, puisque le député pro-Fillon David Douillet et le député pro-Copé Marc Le Fur ont décidé lundi de lancer un appel, déjà co-signé par une cinquantaine de députés, pour refuser "la scission" du groupe parlementaire UMP.

Roger Karoutchi, directeur de campagne de Jean-François Copé, en a profité pour déclarer que "beaucoup d'élus pro-Fillon vont lancer un appel à rester" et vont convaincre leurs amis de faire de même.

Copé élu avec 952 voix d'avance, contre 98 il y a une semaine

Lundi en fin d'après-midi, la Commission des recours de l'UMP, dont les fillonistes ne reconnaissent pas la légitimité, avait de nouveau proclamé Jean-François Copé président de l'UMP. Il l'emporterait cette fois avec 952 voix d'avance et non plus 98 comme lors de la proclamation des premiers résultats, le 19 novembre dernier.

Immédiatement, au siège de l'UMP, Jean-François Copé a appelé "à choisir le pardon plutôt que la division" en tendant la main à François Fillon. Mais ce dernier a dénoncé un "coup de force" de son rival. Il a de nouveau récusé les résultats, en dénonçant le manque de neutralité des membres de la Commission.

Sarkozy a-t-il pris position ?

En tout cas, la situation reste explosive à l'UMP. Et les fuites sur la teneur des conversations du déjeuner entre François Fillon et Nicolas Sarkozy n'arrangent rien. Selon des sources concordantes, l'ancien président de la République aurait estimé préférable d'organiser un nouveau vote à l'UMP.

Nicolas Sarkozy aurait également déconseillé à François Fillon de saisir la justice pour contester les résultats controversés de l'élection de Jean-François Copé à la présidence de du parti.