BFMTV

UMP : Juppé, joker de luxe ?

L'ancien ministre des Affaires étrangères Alain Juppé

L'ancien ministre des Affaires étrangères Alain Juppé - -

La guerre sans merci pour la présidence de l'UMP a repris de plus belle mercredi. Le camp Fillon revendique à nouveau la victoire et propose Alain Juppé en juge de paix. Un rôle qui ne lui est pas si étranger.

Nouveau coup de théâtre à la présidence de l’UMP. Alors que le camp Fillon a tenu mercredi une conférence de presse pour revendiquer à nouveau la victoire, l'ancien Premier ministre lui-même en appelle à Alain Juppé.

Dans un communiqué publié mercredi après-midi, François Fillon a en effet demandé à Alain Juppé, le président fondateur de l'UMP, "d'assurer de façon transitoire" la direction du parti "afin de trouver les voies et moyens de sortir de l'impasse" et de dégager "une solution de concorde".

>> A lire : notre dossier spécial Présidence de l'UMP

"La solution Juppé"

Alain Juppé en juge de paix ? Rien de surprenant. Certains élus avaient déjà vu en lui l’homme de la situation. C’est le cas de Philippe Bas, sénateur UMP. Peu avant le début des hostilités entre Fillon et Copé, il avait évoqué "la solution Juppé".

"Celle-ci pourrait satisfaire tout le monde. Son élection à la présidence de l'UMP serait une solution efficace et consensuelle et non pas une déchirure qui risquerait d'entraîner une forme de cohabitation interne à l'UMP, entre partisans de Fillon et partisans de Copé" avait-il déclaré fin juin dans un entretien au Figaro.

Le sénateur Philippe Bas décrit notamment Alain Juppé comme "le seul, par ses qualités d'homme d'État, par son expérience, par sa hauteur de vue (...) à pouvoir se situer dans un combat pour la France et non dans un combat pour le pouvoir".

Juppé a "l'autorité, la légitimité"

L'ancien ministre Benoist Apparu, soutien de François Fillon, a également réclamé mercredi une "direction neutre" avec "Alain Juppé ou les anciens Premiers ministres" pour faire cesser "la guéguerre d'un camp contre l'autre".

Un avis partagé par le politologue Stéphane Rozès,qui ne voit "que l'arrivée d'Alain Juppé pour recoller les morceaux" à l'UMP : "Il peut être le dirigeant du recours parce qu’il a l’autorité, la légitimité et surtout le positionnement idéologique qui permettrait à la droite d’apparaître comme une alternative alors que la ligne Buisson est du pain bénit pour les socialistes" a-t-il analysé pour BFMTV.com.

"J'ai besoin de réfléchir"

Une position que l’ancien ministre des Affaires étrangères semble chérir. Pour rappel, en septembre 2010, Alain Juppé s’était proposé comme recours au président de la République sortant, au cas où celui-ci ne se présenterait pas en 2012 : "S'il arrivait, pour des raisons qui lui appartiennent, qu'il ne soit pas à nouveau candidat... Je n'exclus pas à ce moment-là d'être candidat à la candidature", avait-il déclaré à l’époque.

Alain Juppé aux manettes de l'UMP ? Le principal intéressé a déclaré à BFMTV qu'il était en train de réflechir à la proposition de François Fillon : "Je suis un homme de réflexion pas d'implusion. J'ai besoin de réfléchir".

Mélanie Godey