BFMTV

Primaire à droite: NKM dénonce les "pressions" du parti sur les parlementaires

Nathalie Kosciusko-Morizet accuse le parti de ne pas la jouer fait-play

Nathalie Kosciusko-Morizet accuse le parti de ne pas la jouer fait-play - BFMTV

En direct vendredi sur BFMTV, la candidate à la primaire à droite Nathalie Kosciusko-Morizet a accusé son propre parti, Les Républicains, de ne pas jouer le jeu.

La candidate à la primaire à droite Nathalie Kosciusko-Morizet a assuré sur BFMTV ce vendredi que le parti "n'aid(ait) pas beaucoup" les prétendants à la présidentielle 2017, voire qu'il "s'agit(ait) parfois pour que ce soit compliqué".

"J'ai le sentiment que le parti, sa direction, et donc son président Nicolas Sarkozy, ne sont pas totalement engagés dans cette perspective" de primaire, a-t-elle estimé.

La députée de l'Essonne a notamment accusé le parti "d'exercer des pressions sur les parlementaires" et de "ne pas informer les adhérents qu'ils peuvent parrainer des candidats à la primaire". "Je n'ai pas publié tous les noms des parlementaires qui m'ont parrainée parce que certains craignent des pressions", a-t-elle lancé.

L'absurdité d'un programme unique

Nathalie Kosciusko-Morizet a également pointé la volonté des Républicains d'établir un programme unique, à l'occasion du conseil national du parti prévu ce samedi, alors que les débats entre candidats à la primaire ne s'engageront que dans quelques semaines.

"Je trouve ça paradoxal comme démarche, on se prépare à avoir une primaire et il y a des débats qui ne sont pas tranchés dans notre famille politique. C'est singulier, en amont d'un débat pluraliste, de prétendre à faire voter un programme unique", a-t-elle considéré.

Nathalie Kosciusko-Morizet, qui affirme avoir environ la moitié de ses parrainages, a jusqu'au 9 septembre prochain pour les compléter. Après cette date, elle ne pourra plus déposer sa candidature.

F. H.