BFMTV

Natacha Bouchart dénonce "les délits permanents" des migrants à Calais

Natacha Bouchart lundi matin sur BFMTV et RMC

Natacha Bouchart lundi matin sur BFMTV et RMC - BFMTV

Natacha Bouchart, maire Les Républicains de Calais, est ce lundi matin l'invitée de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC.

Invitée lundi matin sur BFMTV et RMC, Natacha Bouchart est au cœur de la question de l'accueil des migrants, en tant que maire de Calais. Sur son invitation, Emmanuel Macron est attendu ce mardi à Calais avec Gérard Collomb, Nicole Belloubet, Gérald Darmanin et Benjamin Griveaux.

"C'est important d'avoir réussi à capter son attention, nous attendons beaucoup de lui. (...) Je souhaite qu'il puisse avoir une reconnaissance nationale vis-à-vis de la population qui a été exemplaire. Je souhaite aussi que la justice soit présente dans ce débat, parce que beaucoup de délits ne peuvent pas avoir une issue qui puisse apaiser les Calaisiens". Natacha Bouchart pointe ici "les délits permanents des migrants" sur le territoire de sa commune, et dit contenir sa colère.

Entre 400 et 600 migrants à Calais

"Nous avons aujourd'hui entre 400 et 600 migrants sur le territoire (de Calais, NDLR). Ils veulent partir en Grande-Bretagne et ils créent des délits permanents. Ils interpellent les transporteurs, ils sautent sur les camions, il arrachent les bâches. Accompagnés de complices qui leur fournissent du matériel, ils attaquent la rocade. Ils mettent en danger leur vie, ils mettent en danger la vie des citoyens calaisiens, et ils ne sont pas interpellés", déplore Natacha Bouchart.

"Ils sont accompagnés par des passeurs qui leur communiquent les chemins à prendre", témoigne la maire de Calais. "Quand on attaque la rocade portuaire ou les forces de l'ordre avec des barres de fer, de la caillasse ou des objets qui pèsent plus de 50 ou 100 kilos, on ne les trouve pas comme ça sur les chemins, et c'est quotidien. Hier soir encore, le sous-préfet m'a appelée pour m'informer d'une rixe entre migrants à barres de fer, où les forces de l'ordre se sont fait caillasser, c'est inacceptable".

"La population est épuisée"

Les migrants vivent dans des conditions déplorables, mais "ils le choisissent", assure la maire de Calais. "L'Etat fait des maraudes, il y a des centres d'accueil, ils peuvent être pris en charge. Ils refusent cette aide humanitaire que l'Etat leur propose. Ils se mettent eux-mêmes dans des situations ingérables en ne demandant rien à la France et en créant des délits permanents. (...) La population est épuisée de vivre en permanence ce drame".

A la veille de la visite d'Emmanuel Macron, la maire de Calais appelle à revoir les accords du Touquet, selon lesquels la frontière britannique se trouve à Calais, déplaçant ainsi la gestion du flux de migrants. "Nous subissons économiquement ces accords (mais) les Britanniques n'ont pas l'air de vouloir céder pour une renégociation". Natacha Bouchart demande également un renforcement des forces de l'ordre, l'expulsion des migrants "qui ne demandent rien à la France et qui sont dans le délit permanent" ou, à défaut, leur placement "dans des lieux où ils doivent être encadrés".

A.L.M.