BFMTV

Lavrilleux doit démissionner, estime son colistier aux Européennes

Jean-Paul Gauzès face à Jean-Jacques Bourdin le 29 mai 2014.

Jean-Paul Gauzès face à Jean-Jacques Bourdin le 29 mai 2014. - -

Pour Jean-Paul Gauzès, "la conséquence logique" des révélations de Jérôme Lavrilleux lundi sur BFMTV "est de se retirer au moins de ce mandat" de député européen. Un retrait qui lui permettrait de conserver son poste au Parlement européen.

Jérôme Lavrilleux a été élu au Parlement européen il y a moins d'une semaine. Mais son colistier voudrait déjà que celui qui a fait des révélations fracassantes sur l'affaire Bygmalion lundi quitte son poste d'eurodéputé.

Jean-Paul Gauzès, numéro 3 de la liste UMP aux européennes dans le Nord-ouest a réclamé ce jeudi sur RMC la démission de la tête de liste, Jérôme Lavrilleux, qui a avoué lundi dernier être à l'origine de fausses facturations lors de la campagne présidentielle 2012.

"Je lui demande de tirer les conséquences de ce qu'il a dit", réclame Jean-Paul Gauzès, évoquant "la difficulté pour Jérôme Lavrilleux d'être à la fois auteur de cette tourmente et député européen". "La conséquence logique est de se retirer au moins de ce mandat", a tranché le numéro 3.

"Il y a eu un aveu", rappelle Jean-Paul Gauzès, "je n'ai pas à qualifier ce comportement, mais je constate que c'est un manquement à l'élémentaire probité". D'après lui, Jérôme Lavrilleux n'aurait cependant "pas l'intention pour l'instant de se retirer".

Jean-Paul Gauzès est, pour l'heure, toujours député européen, son mandat prendra fin au 1er juillet. Mais la démission de Jérôme Lavrilleux lui permettrait de conserver son siège à Bruxelles puisque l'UMP a obtenu deux sièges lors des élections.

A. D.