BFMTV

Fausse interview de Chatel : Atlantico va porter plainte à son tour

BFMTV

Le site d'information en ligne Atlantico.fr va déposer plainte pour faux, usage de faux et usurpation d’identité, à la suite d'une interview d'un homonyme de Luc Chatel publiée dans ses colonnes, a annoncé le site d'information dans un communiqué.

"Le site Atlantico présente ses excuses à ses lecteurs et contributeurs ainsi qu’au député Luc Chatel pour cet incident et a décidé de revoir ses procédures de mises en ligne afin d’éviter que ne s’en reproduise de semblables. Atlantico a également décidé de déposer plainte pour faux, usage de faux et usurpation d’identité", peut on lire dans le communiqué, envoyé aux rédactions mercredi, au lendemain de l'annonce du "vrai" Luc Chatel de déposer plainte contre X pour usurpation d'identité.

"Erreur interne"

Mardi, Atlantico.fr publiait une interview de Luc Chatel, dans laquelle l'ancien ministre défendait la motion qu'il présente aux côtés de Jean-Pierre Raffarin en vu du congré de l'UMP le 18 novembre prochain. Dans le faux entretien, supprimé depuis du site d'Atlantico, "Luc Chatel" critique les deux candidats à la présidence de l'UMP Jean-François Copé et François Fillon, et affirme que Nicolas Sarkozy appartient au passé. "Nous ne voulons pas nous positionner par rapport aux erreurs passées de Nicolas Sarkozy ni par rapport aux deux candidats actuels qui présentent chacun autant de qualités que de défauts", déclare par exemple la personne interviewée.

Problème : il s'agissait d'un homonyme, contacté par erreur par un journaliste d'Atlantico, lequel s'était fait passer pour l'ancien ministre en répondant à la demande d'interview grâce à une adresse mail factice.

"Au départ de cette histoire qui n’est quand même pas l’affaire du siècle, il y a clairement une suite malheureuse d’erreurs de la part de la rédaction d’Atlantico, mais aussi la démarche organisée du journaliste et essayiste Luc Chatel de nous piéger en se faisant passer pour quelqu’un qu’il n’est pas, allant jusqu’à créer une fausse adresse électronique", explique Jean-Sébastien Ferjou, directeur de la publication d’Atlantico.