BFMTV

Législatives: ces circonscriptions où le FN est bien placé

Marine Le Pen sort de l'isoloir à Hénin-Beaumont

Marine Le Pen sort de l'isoloir à Hénin-Beaumont - ALAIN JOCARD / AFP

La candidate du Front national est arrivée en tête dans 45 circonscriptions ce dimanche au soir du second tour de la présidentielle. Ces territoires seront au coeur de la campagne législative d'un parti désireux d'incarner la principale force d'opposition à Emmanuel Macron.

La large victoire d'Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle ce dimanche face à Marine Le Pen s'est traduite aussi dans le nombre de circonscriptions françaises (où les scores sont déjà connus) tombées dans l'escarcelle des deux candidats: Emmanuel Macron a été donné gagnant dans 495 circonscriptions, quand Marine Le Pen prenait la tête de 45 d'entre elles. Cette quarantaine de secteur seront donc par la force des choses au centre de la campagne législative du Front national qui escompte, comme les mots de sa leader l'ont montré dans le discours qu'elle a prononcé en reconnaissant sa défaite, incarner la première force d'opposition, et par conséquent aspire à constituer un groupe parlementaire.

Un groupe à constituer

Dans la législature qui s'achève, seule Marion Maréchal-Le Pen était une députée engagée au Front national, tandis que Gilbert Collard, secrétaire général du Rassemblement Bleu Marine n'y était qu'apparenté. Un troisième député, Jacques Bompard, est un ancien du Front national et s'est actuellement rapproché du mouvement Debout la France de Nicolas Dupont-Aignan, au titre du financement de la vie politique, comme l'indique sa fiche à l'Assemblée nationale. Les 45 circonscriptions, représentées en bleu dans la carte ci-dessous (auxquelles s'ajoute une circonscription de la Réunion), dont la population a fait majoritairement le choix de Marine Le Pen peuvent laisser au Front national des possibilités d'élargir ce capital parlementaire.

Il importe toutefois de noter qu'une première position de Marine Le Pen dans une circonscription donnée n'est pas la garantie d'une victoire d'un candidat du Front national lors du scrutin législatif des 11 et 18 juin prochains. Les triangulaires (trois candidats présents au second tour), voire d'hypothétiques quadrangulaires (quatre candidats lors de l'ultime phase de l'élection) changeront la donne, de même que la dynamique née au soir du premier tour des législatives. 

Une avance confortable 

Ces 45 circonscriptions s'annoncent comme les plus aisément "gagnables" par les représentants frontistes. Celles-ci ne sont cependant pas homogènes. Douze d'entre elles ont donné une avance particulièrement confortable à Marine Le Pen quand les autres ne dégageaient qu'un écart étriqué. Ces circonscriptions où la candidate a été la mieux désignée sont les suivantes: la 12e circonscription du Nord, la 16e du Nord, la 18e du Nord, la 19e du Nord, la 7e du Pas-de-Calais, la 10e du Pas-de-Calais, la 12e du Pas-de-Calais, la 3e du Pas-de-Calais, la 11e du Pas-de-Calais, la 5e de la Somme, la 3e de l'Aisne, la 2e de Haute-Marne.

Nul doute que les résultats favorables de la 11e circonscription du Pas-de-Calais intéresse déjà Marine Le Pen au plus haut point. Au sein de celle-ci, on trouve Hénin-Beaumont, mairie dirigée par Steeve Briois son bras droit et où elle est inscrite, qui est devenu son fief électoral depuis son accession à la présidence du Front national. Elle s'était d'ailleurs présentée aux législatives dans cette circonscription, face notamment à Jean-Luc Mélenchon. Elle avait été finalement défaite de justesse par Philippe Kemel (membre du PS) au second tour. Lors du second tour de la présidentielle, Marine Le Pen est arrivée en tête dans ce territoire avec 58,17% des suffrages exprimés contre 41,83% à son adversaire. 

Des territoires plus disputés

Les autres circonscriptions qui ont fait les yeux doux à la candidate du Front national, mais avec un écart plus resserré, sont les suivantes: la 3e du Nord, la 14e du Nord, la 20e du Nord, la 1ere du Pas-de-Calais, la 6e du Pas-de-Calais, la 8e du Pas-de-Calais, la 3e du Somme, la 1ere de l'Aisne, 4e de l'Aisne, la 5e de l'Aisne, la 1ere de l'Oise, la 2e de l'Oise, la 3e des Ardennes, la 4e de Seine-et-Marne, la 5e de la Marne, la 4e de Moselle, la 7e de Moselle, la 2e de Haute-Saône, la 3e du Vaucluse, la 4e Vaucluse, la 4e des Alpes-Maritimes, la 4e du Var, la 6e du Var, la 8e du Var, la 12e des Bouches-du-Rhône, la 13e des Bouches-du-Rhône, la 2e du Gard, la 7e de l'Hérault, la 6e de l'Hérault, la 2e des Pyrénées-Orientales, la 1ere de Haute-Corse, la 2e de Corse du sud. 

Là aussi, certaines personnalités du parti sont concernées au premier chef par ces différents découpages. La 4e circonscription du Vaucluse est celle de Jacques Bompard qui, au premier tour de la présidentielle soutenait François Fillon mais avait appelé à voter pour Marine Le Pen au second. Marine Le Pen y a vaincu Emmanuel Macron d'une courte tête: 50,94% contre 49,06%. Sa voisine parlementaire du Vaucluse a peut-être moins de soucis à se faire...encore que. Marion Maréchal-Le Pen est députée élue dans la 3e circonscription du Vaucluse où Marine Le Pen a récolté 52,94% des voix contre 47,06 à son rival. Dans la 2e circonscription du Gard, où Gilbert Collard est élu, la marge est là encore ténue: la candidate frontiste a construit un score de 50,94% également des suffrages exprimés contre 49,06% à Emmanuel Macron. La messe est donc loin d'être dite pour les élections qui s'annoncent. 

Un ponte du Front national a cependant davantage de raisons de s'inquiéter encore: Louis Aliot. En 2012, il avait essayé de remporter le siège dévolu à la 1ere circonscription des Pyrénées-Orientales. Dans celle-ci, sa compagne a été vaincue et largement: Emmanuel Macron a totalisé 56,28% des voix et Marine Le Pen 43,72%. Prudent, Louis Aliot avait confié il y a quelques semaines qu'il hésitait quant à son point de chute. Le résultat présidentiel devrait l'aider à trancher. 

R.V.