BFMTV

Législative dans l'Aube: Vallaud-Belkacem voterait UMP au 2nd tour

Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l'Education, lundi 8 décembre sur BFMTV et sur RMC.

Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l'Education, lundi 8 décembre sur BFMTV et sur RMC. - BFMTV

Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l'Education nationale, de l'Enseignement et de la Recherche, était lundi matin l'invitée de Jean-Jacques Bourdin en direct sur BFMTV et sur RMC.

Invitée lundi matin sur BFMTV et sur RMC, Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l'Education, est d'abord revenue sur les résultats de la législative partielle dans l'Aube, où le candidat PS a été éliminé dès le premier tour, et admet à demi-mots qu'elle voterait pour le candidat UMP au second tour, pour faire barrage au candidat du Front national: "A titre personnel, face à une telle situation, j'aurais tendance en effet à voter tout sauf Front national, donc ça répond à votre question". Plus encore qu'un duel UMP-FN au second tour, Najat Vallaud-Belkacem se dit "frappée" par le taux d'abstention, supérieur à 75%.

Dimanche soir, Manuel Valls a confirmé la possibilité de passer de cinq à douze dimanches travaillés par an dans le cadre de la loi Macron, tout en laissant la porte ouverte à des compromis. Najat Vallaud-Belkacem laisse entendre que dans certains cas de figure, les commerces pourraient rester à huit ou neuf dimanches ouverts par an, "cela fera l'objet de discussions", affirme la ministre.

# La vocation des établissements, sortir des ZEP

Sur les réseaux d'éducation prioritaire (REP), la nouvelle carte sera publiée "le 17 décembre prochain", confirme Najat Vallaud-Belkacem. "La carte n'a pas évolué depuis 30 ans, croyez-vous que la situation sociale des établissements, elle, n'a pas évolué depuis 30 ans? Depuis 30 ans, on s'est contenté par facilité politique d'accumuler le nombre de zones concernées (...) Les moyens étaient diffus et ne produisaient pas leurs effets. (...) Je sais que ça ne fait pas plaisir à certains d'en sortir, mais est-ce que la vocation d'un établissement en éducation prioritaire n'est pas précisément d'en sortir?"

Sur le millier d'établissements en éducation prioritaire, 200 vont sortir du dispositif. La ministre assure que les établissements concernés "ne sortiront pas d'une façon sèche du jour au lendemain, nous avons évidemment prévu une clause de sauvegarde pendant 3 ans. Donc pendant 3 ans, qu'il s'agissent des indemnités des enseignants, qu'il s'agisse des projets qui sont soutenus, ça se poursuit!" martèle la ministre.

# Vers des stages en entreprise pour les profs

Mais ces établissements "ne sortent pas du radar" du ministère de l'Education. Najat Vallaud-Belkacem veut introduire "une réforme bien plus large qui est celle de l'allocation des moyens", car, "trop souvent, la difficulté sociale se traduit en difficulté scolaire". Najat Vallaud-Belkacem va donc moduler les moyens alloués aux établissements scolaires en fonction des difficultés sociales, à partir de la rentrée prochaine.

Au lycée, les élèves devront bientôt suivre un stage obligatoire en entreprise "et pour les enseignants c'est une réflexion en cours", Najat Vallaud-Belkacem s'y dit favorable.

# L'enseignement moral et laïc à la rentrée 2015

Le poids des notes à l'école va-t-il diminuer? "La question n'est pas 'Est-ce que nous allons supprimer les notes?'", rectifie Najat Vallaud-Belkacem. "On aura toujours besoin d'un indicateur. La question c'est 'Comment on rend l'évaluation intéressante pour l'élève, comment on lui transmet le désir d'apprendre, de progresser'".

En outre, la ministre de l'Education se dit "extrêmement attaché(e) à promouvoir l'esprit de laïcité dans ce qu'on apprend aux enfants à l'école", et rappelle que "l'enseignement moral et laïc va se mettre en place à la rentrée 2015", comme matière à part entière, "à partir du primaire". Cette matière servira "à se forger un jugement libre et éclairé, à lutter contre le racisme, à promouvoir la laïcité c'est-à-dire la coexistence, le vivre ensemble".

Sur le port du voile lors des sorties scolaires, "moi je suis opposée au prosélytisme", rappelle Najat Vallaud-Belkacem, "et je laisse aux équipes enseignantes sur le terrain les outils pour s'y opposer. Un parent qui vient dans un comportement prosélyte, par une tenue ou par des propos, n'a pas à accompagner de sortie scolaire".