BFMTV

Le président de l'Assemblée de Corse propose d'accueillir l'Aquarius dans un des ports de l'île 

Migrants à bord de l'Aquarius.

Migrants à bord de l'Aquarius. - LOUISA GOULIAMAKI / AFP

Jean-Guy Talamoni a proposé ce lundi soir de fournir à l'Aquarius, le bateau transportant 629 migrants secourus dans les eaux de la Méditerranée, l'hospitalité de l'un des ports de la Corse. S'il avait été question plus tôt de mettre le cap sur Valence en Espagne, l'ONG à la tête du navire a expliqué dans la soirée que cette solution était impraticable.

Refusé par Malte et l'Italie, pays entre lesquels il se trouve actuellement, l'Aquarius, le bateau transportant 629 migrants qu'il avait secourus au préalable dans les ondes de la mer Méditerranée, a reçu ce lundi soir une invitation inattendue. Le président de l'Assemblée de Corse, l'indépendantiste Jean-Guy Talamoni, a publié la déclaration suivante sur Twitter:

"L’Europe doit traiter de façon solidaire la question humanitaire. Compte tenu de la localisation du navire et de l’urgence, mon avis est qu’il serait naturel d’ouvrir un port corse pour porter secours à ces personnes en détresse."

SOS Méditerranée se tourne à nouveau vers l'Italie

Pour le moment, la direction que prendra l'Aquarius, affrété par l'ONG SOS Méditerranée, est inconnue. Dans l'après-midi, le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, avait proposé au bateau de mouiller dans la rade de Valence.

Cependant, SOS Méditerranée a expliqué quelques heures plus tard sur Twitter également que cette généreuse suggestion était impraticable. "Le MRCC espagnol (NDLR: pour Maritime Rescue Co-ordination Centres) a proposé d’accueillir l’Aquarius à Valence. Cette mobilisation est un signe très positif mais atteindre l’Espagne prendrait plusieurs jours. Avec 629 personnes à bord et une météo qui se détériore, la situation risquerait de devenir critique", était-il dit dans un premier message. Le second renvoyait la balle vers l'Italie: "La priorité doit demeurer la sécurité de tous les rescapés. Il revient aux autorités maritimes italiennes de trouver une solution sûre et rapide pour les 629 personnes à bord de l’Aquarius."

Essayer d'aller jusqu'en Espagne serait "une folie" 

Anelise Borges, journaliste à bord de l'Aquarius, a précisé que selon l'équipage, la traversée vers l'Espagne prendrait entre trois et cinq jours. Elle a aussi indiqué que d'après le personnel du vaisseau, la météo risquait de soulever des vagues de plus de deux mètres sur la Méditerranée durant les prochains jours. "Emmener un bateau surpeuplé dans un tel voyage serait une folie d'après les équipes sur place", a-t-elle encore écrit. 

Robin Verner