BFMTV

La tirade anti-IVG de Jacques Bompard

Le député Jacques Bompard a fait mercredi toute une tirade contre l'avortement alors que l'Assemblée nationale s'apprêtait à réaffirmer le droit fondamental à l'IVG.

Le député Jacques Bompard a fait mercredi toute une tirade contre l'avortement alors que l'Assemblée nationale s'apprêtait à réaffirmer le droit fondamental à l'IVG. - BFMTV

L'Assemblée nationale a adopté mercredi une résolution cosignée par tous les présidents de groupes pour réaffirmer le droit fondamental à l'interruption volontaire de grossesse en France et en Europe. Le discours du député d'extrême droite Jacques Bompard a prouvé que 40 ans après la loi Veil, l'IVG a toujours des détracteurs.

40 ans après le démarrage des débats sur la loi de Simone Veil légalisant l'avortement, le 26 novembre 1974, l'Assemblée nationale a adopté, mercredi, de façon consensuelle (143 voix pour et 7 contre) une proposition de résolution pour réaffirmer le "droit fondamental à l'interruption volontaire de grossesse en France et en Europe" (voir le texte ici). 

>>> Lire: L'Assemblée nationale réaffirme le doit fondamental à l'IVG

Si les discours des différents orateurs ont loué pour la plupart le "courage" de Simone Veil en 1974, l'avancée "historique" qu'a constitué cette loi et les progrès qui restent encore à faire pour garantir l'accès à ce droit, le député d'extrême droite de la Ligue du Sud Jacques Bompard a rompu le consensus avec fracas.

L'élu du Vaucluse a fustigé "ces nombreux attentats contre le bon sens", et "demandé pardon" pour "les enfants qui ne naîtront pas", pour Simone Veil, "l'intolérance" de ses collègues, les "225.000 parents en France qui disparaissent devant la grande coalition du prêt à penser et de la culture de mort", "toutes ces mères que nous n'aurons pas su protéger des élans morbides qui ont tenu lieu de féminisme depuis des dizaines d'année"... Le discours du maire d'Orange a suscité les huées des députés qui siégeaient. 

Un "choix réel" aujourd'hui?

Outre Jacques Bompard, ont voté contre l'UDI Jean-Christophe Fromantin et cinq députés UMP: Jean-Frédéric Poisson, Alain Marleix, Yannick Moreau, Nicolas Dhuicq et Xavier Breton. Le député Rassemblement Bleu Marine, Gilbert Collard, s'est abstenu.

"Nous devrions nous fixer comme objectif de faire baisser le nombre d'avortement et d'améliorer les conditions dans lesquelles les femmes sont titulaires d'un choix réel aujourd'hui, ce qui n'est certainement pas le cas aujourd'hui", a expliqué à BFMTV le député UMP Jean-Frédéric Poisson.

Ce texte, non contraignant, "rappelle que le droit universel des femmes à disposer librement de leur corps est une condition indispensable pour la construction de l’égalité réelle entre les femmes et les hommes, et d’une société de progrès". Il "affirme la nécessité de garantir l’accès des femmes à une information de qualité, à une contraception adaptée, et à l’avortement sûr et légal".

Karine Lambin