BFMTV

Pour Aurore Bergé, "rien n'empêche" Richard Ferrand d'être président de l'Assemblée nationale 

Aurore Bergé, porte-parole de La République en marche et députée LaREM des Yvelines, était l'invitée de BFMTV-RMC ce vendredi matin.

Au lendemain de la mise en examen du président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand pour "prise illégale d'intérêts" dans l'affaire des Mutuelles de Bretagne, la porte-parole de La République en marche Aurore Bergé, a affirmé sur BFMTV-RMC ce vendredi matin sa "confiance" envers ce proche du chef de l'Etat, comme la majorité l'a déjà fait en bloc depuis jeudi

"Une mise en examen n'a jamais été une présomption de culpabilité"

"Je connais Richard Ferrand, je savais très bien que j'allais être interrogée sur la question, donc je ne serais pas là ce matin si je n'avais pas toute confiance en Richard Ferrand", a-t-elle défendu.

"Il y a une mise en examen. Une mise en examen, ça n'a jamais été une présomption de culpabilité, c'est une présomption d'innocence. Si on change la nature de cela, alors notre système de justice ne fonctionne plus, pour quelque justiciable que ce soit", a justifié Aurore Bergé. "(...) La réalité aujourd'hui c'est que Richard Ferrand est mis en examen, et que rien ne l'empêche d'être président de l'Assemblée nationale". 

Interrogée sur des propos tenus par Richard Ferrand à l'époque de l'éclatement de l'affaire Fillon ("au-delà de ce qui est légal, est-ce acceptable?", s'était interrogé l'actuel occupant du perchoir), Aurore Bergé a réagi: "Non mais attendez, est-ce que Richard Ferrand a embauché sa compagne dans le cadre d'un emploi fictif? Non!".

Ce qui lui a aussitôt valu un rappel de Jean-Jacques Bourdin: "Attendez, François Fillon n'a pas été condamné, il est présumé innocent, vous êtes en train de le condamner. Il n'a pas été jugé, il sera jugé en février", a souligné notre journaliste, avant qu'Aurore Bergé reconnaisse son erreur. "Vous avez raison. (...) Je reconnais tout à fait que je n'aurais pas dû m'exprimer de cette manière", a-t-elle concédé. 

A.S.