BFMTV

Européennes: Nathalie Loiseau prête à mener le combat de LaREM contre les "populistes"

Nathalie Loiseau, ministre auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères à l'Elysée le 14 novembre 2018.

Nathalie Loiseau, ministre auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères à l'Elysée le 14 novembre 2018. - LUDOVIC MARIN / AFP

La ministre des Affaires étrangères s'apprête à quitter ses fonctions au gouvernement pour mener la liste LaREM aux élections européennes du 26 mai prochain.

Nathalie Loiseau sera donc bien tête de liste La République en Marche. La ministre des Affaires européennes s'apprête à quitter ses fonctions pour "mener le combat" du parti d'Emmanuel Macron aux européennes, avec une liste attendue ce mardi mais dont les principaux protagonistes sont désormais connus.

"Battre le Rassemblement national serait une première victoire", explique ce lundi soir dans un entretien au Figaro la future tête de liste, affirmant ne pas pouvoir "continuer à vivre" avec le parti de Marine Le Pen "premier parti de France au Parlement européen".

Emmanuel Macron sera "là où on ne l'attend pas"

"En cinq ans, ils n'ont participé à rien, ils ont fait le contraire à Bruxelles et Strasbourg de ce qu'ils ont dit à Paris" et ont "affaibli la France", ajoute-t-elle. Comme Emmanuel Macron, elle oppose les "progressistes" à "des populistes, des démagogues, qui viennent avec du rejet et de la haine de l'autre comme projet politique" et contre lesquels elle entend "mener le combat".

Interrogée sur l'éventuelle participation du chef de l'État dans la campagne pour les Européennes, la tête de liste a confié qu'"il y (réfléchissait). "Ce sera certainement là où on ne l’attend pas, comme d’habitude. Et certainement pas tout de suite, puisque les Français sont dans le grand débat", a-t-elle ajouté.

Dans cet entretien, Nathalie Loiseau dit défendre "une liste large qui porte ce projet de transformation de l’Europe autour d’une Europe verte, de l’innovation, d’un bouclier social". Celle-ci a également salué le fait que Pascal Canfin, désormais ex-DG de WWF, soit numéro 2 de sa liste. "On regarde dans la même direction", assure-t-elle au Figaro.

Jeanne Bulant