BFMTV

Jupe longue jugée ostentatoire : Rossignol estime qu'on a "protégé les autres" collégiennes

La secrétaire d'Etat en charge de la Famille, Laurence Rossignol, à Paris le 6 mars 2015

La secrétaire d'Etat en charge de la Famille, Laurence Rossignol, à Paris le 6 mars 2015 - KENZO TRIBOUILLARD, AFP/Archives

En interdisant ponctuellement de cours une élève musulmane en raison du port d'une longue jupe noire, la communauté éducative "a protégé les autres" collégiennes, a estimé lundi la secrétaire d'Etat à la Famille, Laurence Rossignol.

"Dans cette affaire, je crois que la communauté éducative a été extrêmement réfléchie, elle n'a pas agi à la légère", a jugé Mme Rossignol sur RTL.

Selon elle, "ce qui est en cause ce n'est pas la longueur de la jupe, c'est un comportement global d'un groupe d'élèves dans une école qui est un comportement ostentatoire".

"La laïcité protège ceux qui veulent pratiquer un peu, pas du tout, de ceux qui voudraient mettre tout le monde sous la coupe de l'interprétation des lois religieuses. En marquant une limite, ils ont protégé les autres élèves qui, elles, ne souhaitent pas la même observance des lois religieuses", a poursuivi Laurence Rossignol.

"Ce qu'on observe aujourd'hui, chez les jeunes en particulier, c'est que des groupes extrêmement observants des pratiques religieuses, des coutumes, exercent des pressions sur les autres", a ajouté la secrétaire d'Etat.

La direction d'un collège de Charleville-Mézières (Ardennes) a deux fois interdit de cours en avril une élève de troisième, âgée de 15 ans et de religion musulmane, en raison du port d'une longue jupe noire jugée comme un signe religieux ostentatoire.

la rédaction avec AFP