BFMTV
Politique

Hortefeux: le retour de Sarkozy "est une évidence", les primaires n'ont pas "de sens"

-

- - -

CAFE POLITIQUE - L'humour de François Hollande, le retour de Nicolas Sarkozy, la déclaration de patrimoine des députés... Chaque matin, BFMTV.com sélectionne pour vous le meilleur de l'actualité politique.

> Un président taquin

Chassez le naturel, et François Hollande revient au galop. Le président, grave lors de sa conférence de presse, semble avoir retrouvé son humeur badine. Après le tweet de Valérie Trierweiler actant la rupture avec le chef de l’Etat, et remerciant "l'extraordinaire personnel de l'Elysée" pour "son dévouement" et "l'émotion" témoignée au moment de son départ, François Hollande se serait écrié devant ses collaborateurs: "S’il y a des gens qui souhaitent quitter l’Elysée pris par l’émotion, ils doivent me le dire dans les prochains jours". Une anecdote relayée par le Canard Enchaîné et Le Lab ce mercredi – le même jour que la parution de Paris Match. Et devinez qui est en couverture…

"j'ai cru tomber d'un gratte-ciel" Valérie Trierweiler en couverture de @ParisMatch pic.twitter.com/vhE8DjocV5
— Patrice Thomas (@patthomas) 29 Janvier 2014

> Sarkozy, une évidence, mais sans primaires

Il n’est toujours pas revenu, mais il n’est jamais vraiment parti non plus. Nicolas Sarkozy fêtait son anniversaire mardi, en compagnie de ses amis. Parmi eux, l’inévitable Brice Hortefeux, député européen et président de l'Association des amis de Nicolas Sarkozy.

Pour lui, le retour de l'ex-président de la République est plus que souhaité par une grande partie de l'UMP, "dans la période trouble et confuse où l'on nous vante le tournant à nous donner le tournis", a-t-il expliqué sur RTL. Lumière au bout du tunnel, Nicolas Sarkozy "représente une référence, peut-être même une espérance" pour son ami.

Et de conclure: "Les primaires, ça peut être utile pour départager s'il n'y a pas d'évidence. Quand il y a une évidence, ça a moins de sens."

> Sus à la transparence

La transparence, rien que la transparence. Depuis l’affaire Cahuzac, la loi sur la transparence de la vie publique oblige les députés à déclarer leur patrimoine. Ils ont jusqu’au 1er février pour le faire. Certains, dans l’opposition notamment, ne cachent pas leur mauvaise humeur, raconte le blog du Monde consacré à l'actualité du Parlement.

"C'est très chiant et très con", a lâché Jean-Christophe Lagarde, porte-parole des députés de l'UDI, disant y avoir passé "une partie de son week-end". "Il a fallu que je déclare un livret A à 15 euros que j'ai ouvert pour ma petite fille il y a six mois", a raconté mardi cet élu de Seine-Saint-Denis lors d'un point presse.

Du côté de la majorité, on tente de montrer sa bonne volonté. C'est comme la déclaration de revenus, on la fait au dernier moment", a résumé un député radical. Les députés, ces gens comme les autres.

> Marseille : Mariani a "du mal à être triste"

Un quatrième règlement de comptes mortel à Marseille? Le député Thierry Mariani "a du mal à être triste". C’est ce qu’il écrit sur son compte Twitter mercredi matin: "Quand le matin j'entends 'nouveau règlement de compte entre trafiquants à Marseille' j'ai vraiment du mal à être triste", écrit l'ancien ministre des Transports du gouvernement Fillon, député des Français établis hors de France après avoir été député du Vaucluse.

Quand le matin j'entends "nouveau règlement de compte entre trafiquants à Marseille" j'ai vraiment du mal à être triste.
— Thierry MARIANI (@ThierryMARIANI) 29 Janvier 2014

> Le tableau Trierweiler-Hollande

Il avait prévu de leur offrir le tableau lors des voeux de François Hollande aux Corréziens... Trop tard! Jean Viacroze, coiffeur tulliste âgé de presque 100 ans, avait peint un tableau du couple présidentiel et voulait en faire don au président, raconte La Montagne. Hélas, lors du passage de François Hollande à Tulle début janvier, sa relation avec Valérie Trierweiler battait déjà de l'aile. Le tableau est désormais périmé. "Je vais devoir démolir mon travail", se désole Jean Viacroze dans le quotidien régional, "mais je ne lui en veux pas. Je le plains". Voilà ce qu'on appelle un mauvais timing.

Ariane Kujawski