BFMTV

Hollande? Une certaine "panique au sommet de l’Etat"

L'opposition estime que les propositions de François Hollande manquent d'efficacité.

L'opposition estime que les propositions de François Hollande manquent d'efficacité. - -

Les propositions de François Hollande désormais détaillées, la droite et l’extrême droite dénoncent l’impréparation du chef de l’Etat et remettent en cause l’efficacité des mesures annoncées.

Les grandes lignes du projet de loi de moralisation de la vie politique sont désormais officiellement sur la table. A peine la conférence de presse de François Hollande terminée, plusieurs élus de droite remettent en cause l’efficacité des mesures proposées par le président de la République, dénonçant une absence de préparation.

> Brice Hortefeux: "Panique au sommet de l'Etat"

"Tout donne le sentiment que l’on vit une forme de panique au sommet de l’Etat", a réagi Brice Hortefeux sur l’antenne de BFMTV, dénonçant des annonces réalisées sans préparation. L’ancien ministre de l’Intérieur s’en prend notamment à la promesse de rendre publics les déclarations de patrimoine des ministres et parlementaire, "une forme moderne d’exhibitionnisme". Pour lui, interdire aux députés d’exercer une activité professionnelle revient à les placer "en dehors de la société".

> Marine Le Pen: "de la tuyauterie administrative"

Marine Le Pen est, de son côté, revenue sur la proposition de François Hollande de créer "un parquet financier, soit un procureur spécialisé, avec une compétence nationale, qui pourra agir sur les affaires de corruption et de grandes fraudes fiscales". "En gros c’est de la tuyauterie administrative", a répliqué Marine Le Pen sur BFMTV, déplorant que le Chef de l’Etat n’ait pas annoncé un "renforcement des moyens, notamment humains". La présidente du FN a regretté de ne pas être invitée à Matignon pour discuter de ses propositions.

> Bernard Accoyer: "un leurre" du président de la République

Bernard Accoyer a estimé sur notre antenne que François Hollande n'avait pas répondu à toutes les questions qui se posaient. "Depuis quand l’exécutif était-il au courant de la situation de Jérôme Cahuzac?", a-t-il demandé. L'ancien président (UMP) de l'Assemblée nationale a affirmé que les déclarations du président sur la moralisation de la vie politique n'étaient qu'un "leurre" destiné à "détourner les yeux des Français". "Il n'aborde pas les vrais problèmes liés à la crise", a-t-il déclaré.

> Après l'affaire Cahuzac, "tout ça pour ça"

Un mot d’ordre à droite semble-t-il: même avec l’arsenal proposé par François Hollande, le président de la République ne parviendra pas faire oublier le scandale Cahuzac. "Tout ça pour ça", a affirmé Valérie Debord sur son compte Twitter. "Ces mesures auraient-elles empêché l'affaire Cahuzac? Non! Alors à quoi cela sert-il si ce n'est à créer un écran de fumée?", a déclaré la déléguée générale adjointe de l’UMP. "François Hollande peut faire toutes les déclarations qu'il voudra: il n'effacera pas sa responsabilité dans la gestion de l'affaire Cahuzac", a estimé sur Twitter Hervé Morin, président du Nouveau Centre.

Même constat pour Laurent Wauquiez. "Je suis choqué qu'il n'ait même pas eu un mot d'excuse ou mea culpa, alors que François Hollande est le premier responsable de ce qui s'est passé", a déclaré le vice-président de l'UMP.

> Le gouvernement prend la défense de François Hollande

Face à ces critiques, le gouvernement lui défend les propositions de François Hollande. "Le Président impose l'éthique face à la finance", a affirmé le ministre délégué à l’Agroalimentaire Guillaume Garot sur son compte Twitter. "Je suis fier de la réponse apportée par le President de la République et le gouvernement contre les paradis fiscaux et pour la transparence", a commenté Pascal Canfin, ministre délégué chargé du développement. Un peu plus tôt, Cécile Duflot avait expliqué que le gouvernement s’était réuni à l’Elysée pour visionner ensemble la conférence de presse de François Hollande.

... les ministres vont écouter le Président depuis l'@elysee annonces fortes pour la moralisation de la vie publique twitter.com/CecileDuflot/s...
— Cécile Duflot (@CecileDuflot) 10 avril 2013