BFMTV

Hollande consulte les partis avant deux sommets mondiaux

François Hollande et Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, sur le perron de l'Elysée, lundi. Le chef de l'Etat a entamé lundi une série de consultations des partis politiques représentés au Parlement avant le sommet du G20 au Mexique et celui de Rio

François Hollande et Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, sur le perron de l'Elysée, lundi. Le chef de l'Etat a entamé lundi une série de consultations des partis politiques représentés au Parlement avant le sommet du G20 au Mexique et celui de Rio - -

par Elizabeth Pineau PARIS (Reuters) - François Hollande a entamé lundi une série de consultations des partis politiques représentés au Parlement...

par Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) - François Hollande a entamé lundi une série de consultations des partis politiques représentés au Parlement avant le sommet du G20 au Mexique et celui de Rio sur le développement, l'occasion d'un tour d'horizon des grands enjeux du monde en ce début de quinquennat.

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, a été le premier à venir à l'Elysée en début de matinée.

Le président du Mouvement démocrate, François Bayrou, sera reçu à la mi-journée, suivi dans l'après-midi du secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, et du président d'honneur du Mouvement républicain et citoyen, Jean-Pierre Chevènement.

Les consultations des chefs des grands partis, à l'exception notable du Front national, se poursuivront toute la semaine. Jean-Michel Baylet, président du Parti Radical de Gauche, fermera la marche vendredi matin.

"C'était une rencontre constructive. Nous nous sommes écoutés et maintenant j'espère qu'elle sera suivie d'effets. Il faut attendre les sommets en question et j'espère que le dialogue continuera", a déclaré Pierre Laurent dans la cour de l'Elysée.

La droite a bien accueilli le principe de ces consultations, dont François Hollande avait fait une promesse de campagne.

"Ce sera l'occasion pour moi de lui dire d'abord que je suis sensible qu'il fasse le choix de recevoir l'ensemble des responsables de partis politiques, y compris de l'opposition", a dit Jean-François Copé sur France Inter. "Je lui dirai que je souhaite vraiment que nous soyons capables de dépasser, de transgresser si je puis dire les clivages partisans sur les grandes questions internationales".

Le prédécesseur de François Hollande, Nicolas Sarkozy, avait abandonné en cours de mandat l'idée de consulter systématiquement les chefs de partis, se contentant de recevoir à l'Elysée les parlementaires de la majorité -une pratique à laquelle François Hollande a mis fin.

DÉBAT SUR LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

Sur le fond des dossiers, l'UMP reste critique sur l'orientation des premières semaines de la présidence de François Hollande. Jean-François Copé s'est ainsi déclaré "très préoccupé de l'avenir du lien entre la France et l'Allemagne".

"Je m'inquiète de ce que jour après jour, François Hollande donne le sentiment (...) d'avoir une position qui est plus celle de porte-parole des pays du sud de l'Europe, je pense évidemment à la Grèce en particulier, que de conforter le lien entre la France et l'Allemagne sur les efforts nécessaires pour nos pays respectifs", a-t-il considéré.

La Grèce était au menu des discussions entre le chef de l'Etat et Pierre Laurent.

"J'ai insisté auprès de lui sur la nécessité de refuser tous les discours qui font du chantage à la sortie de l'euro sur la Grèce", a dit le secrétaire national du PCF. "Il faudra ouvrir un débat sur les politiques en Europe. Nous avons la volonté d'accompagner l'effort de renégociation des traités. Nous ne sommes pas arrivés au bout, loin s'en faut. J'ai redit au président de la République que nous voulions pousser ce débat-là".

En matière environnementale, Pierre Laurent a lancé l'idée d'un "débat public national sur la question de la transition énergétique", à laquelle le président a selon lui été sensible.

"Nous devons planifier la transition énergétique", a-t-il expliqué.

"Il faut des mesures contraignantes, des politiques publiques beaucoup plus volontaristes pour aller vers la transition énergétique et ça suppose en France un débat. J'ai trouvé le président de la République ouvert à l'idée d'organiser ce débat public national", a ajouté le leader communiste.

La Conférence environnementale promise par François Hollande, et qui aura comme priorité la transition énergétique, devrait avoir lieu en juillet, annonce lundi Nicole Bricq, ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie, dans un entretien au journal Le Monde.

Le prochain sommet du G20 se tiendra à Los Cabos au Mexique les 18 et 19 juin et la conférence des Nations unies sur le développement durable, dite "Rio+20", du 20 au 22 juin à Rio de Janeiro.

Avec Chine Labbé, édité par Patrick Vignal