BFMTV

Moralisation: Macron scénarise la promulgation de la loi 

Le président de la République s'est mis en scène dans son bureau de l'Elysée au moment de signer la loi. Problème, le cadre était un peu de travers.

Emmanuel Macron a signé ce vendredi matin la loi sur la moralisation de la vie politique, qui avait été largement adoptée le 28 juillet dernier par l'Assemblée nationale. Le président de la République a souligné être resté fidèle à "des engagements de campagne importants", qui constituent "une vraie rénovation de notre vie politique".

"L'impossibilité d'embaucher un membre de sa famille est ainsi maintenant promulguée, l'impossibilité d'être élu quand on a un casier judiciaire B2 est promulguée, contrairement à ce que beaucoup de gens ont dit ou peuvent encore croire. Ce que nous avions promis, nous l'avons fait", a lancé le chef de l'Etat.

Emmanuel Macron, qui a tenu à souligner le travail fourni par François Bayrou dans la défense de ces idées, a également affirmé que la promulgation de ces deux lois marquait "une avancée importante". "Il y a encore beaucoup à faire, des pratiques échangées et un texte seul ne suffisent pas", a cependant tempéré le président de la République.

A l'occasion de cette déclaration, Emmanuel Macron s'est mis en scène dans son bureau, aux côtés de la garde des Sceaux Nicole Belloubet et le porte-parole de l'Elysée Christophe Castaner. Mais son effet d'annonce a été affaibli par le cadre de réalisation de sa courte de prise de parole, qui penchait sur la gauche, donnant un effet de glissement vers la gauche.
Florian Huvier