BFMTV

Lettre d'Edouard Martin : Ayrault ne veut pas "polémiquer"

-

- - -

Le Premier ministre a indiqué, ce vendredi, qu'il ne souhaite pas "rentrer dans ce genre de discussion, de polémique" après la lettre ouverte à François Hollande envoyée par Edouard Martin. Le leader CFDT de Florange y dénonce les "mensonges et absurdités" proférés à propos du site lorrain.

Jean-Marc Ayrault a refusé, vendredi, de "polémiquer" après la lettre envoyée par le leader CFDT de l'usine ArcelorMittal de Florange, Edouard Martin, au président de la République, rappelant que la responsabilité du Premier ministre était de "faire respecter l'accord".

Dans cette lettre ouverte, publiée jeudi sur le site Internet du Républicain Lorrain et sur Mediapart, Edouard Martin dénonce les "mensonges et absurdités" à propos de l'aciérie lorraine et demande à François Hollande de ne "pas laisser les salariés être sacrifiés".

>> A LIRE AUSSI - Edouard Martin dénonce des "mensonges et absurdités

Interrogé par RTL, Jean-Marc Ayrault a répondu qu'il ne "voulait pas rentrer dans ce genre de discussion, de polémique". "J'ai une responsabilité, c'est de faire respecter l'accord qui a été passé" fin novembre.

"Absence totale de plan social"

"L'accord qui a été passé - je le rappelle c'est très important, il y a aujourd'hui des tas de gens qui se demandent s'ils ne vont pas être licenciés, sans aucune solution, et les chiffres du chômage le montrent - et bien l'accord c'est d'abord l'absence totale de plan social", a ajouté le Premier ministre.

Avant de souligner : "Ca concerne 630 personnes et c'est ces personnes-là qui auraient pu être victimes de licenciement. Et bien je ferai respecter cet accord et les organisations syndicales et leurs dirigeants le feront respecter, j'en suis convaincu. Il sera respecté cet accord".

"Deuxièmement, il y a un investissement effectivement de 180 millions qui concerne la partie aval, pas les hauts-fourneaux, mais [...] le laminage et également l'emballage, et ces investissements n'étaient pas prévus et nous allons faire en sorte qu'ils soient respectés", a-t-il poursuivi.