BFMTV

Le gouvernement défend l'interpellation d'Eric Drouet: "L'ordre républicain doit régner"

Le gilet jaune Eric Drouet a été arrêté mercredi soir à Paris au motif d'une "manifestation non déclarée". Le secrétaire d'Etat Olivier Dussopt défend, tout comme le gouvernement, le respect de "l'ordre républicain" et l'importance de déclarer les manifestations.

"Lorsqu'on ne respecte pas les règles, il est normal de rendre compte", a défendu ce jeudi matin sur BFMTV et RMC le secrétaire d'Etat Olivier Dussopt, interrogé sur l'interpellation mercredi soir du gilet jaune Eric Drouet rue Royale à Paris pour "manifestation non déclarée".

Selon un communiqué de son avocat, ce dernier a été arrêté après avoir "déposé des bougies, avec d'autres amis et sympathisants gilets jaunes sur la place de la Concorde à Paris en hommage aux victimes gilets jaunes décédées pour des motifs variés".

Le conseil d'Eric Drouet raconte ensuite qu'il a voulu "se réunir avec quelques proches et amis dans un endroit privé, un restaurant notamment, pour discuter et échanger", "sans violence, sans haine". Une arrestation - la deuxième pour Eric Drouet - que Jean-Luc Mélenchon a vivement dénoncée sur Twitter, évoquant un "abus de pouvoir" et une "politique politique (qui) cible et harcèle désormais les animateurs du mouvement gilet jaune".

"Monsieur Drouet a organisé une manifestation qui n'était pas déclarée"

"Je fais mienne une formule de Clémenceau: 'Sans ordre, il n'y a pas de progrès possible'", a fait valoir ce jeudi matin sur notre antenne Olivier Dussopt. "Quand je vois les responsables politiques parler de police politique, de rafle, de mise en cause injustifiée, il faut rappeler la loi. Monsieur Drouet a organisé une manifestation qui n'était pas déclarée", a déclaré le secrétaire d'Etat.

"Vous avez vu comme moi ses appels sur les réseaux sociaux, disant même à ses partisans, à ses amis, de regarder et de dire 'Nous allons choquer l'opinion'", a-t-il rappelé.

"On va pas faire une grosse action mais on veut choquer l'opinion publique"

Plus tôt dans la journée, Eric Drouet avait lancé dans une vidéo sur Facebook: "Ce soir, on va pas faire une grosse action mais on veut choquer l'opinion publique. Je sais pas s'il y en aura qui seront avec nous sur les 'Champs' (...) On va tous y aller sans gilets", disait-il.

"Nous avons montré que nous laissons les gens manifester", a soutenu Olivier Dussopt, assurant que le droit de manifester (était) garanti mais (qu')il s'inscri(vait) dans des règles". "L'ordre républicain doit régner", a-t-il martelé. 

Une ligne de défense adoptée par plusieurs membres du gouvernement et de la majorité La République en marche ce jeudi matin. "Ça s'appelle le respect de l'Etat de droit", a ainsi fait valoir Bruno Le Maire sur France Inter.

"La République, ce n'est pas l'anarchie", a rappelé Gérald Darmanin sur Cnews, arguant qu'il était "normal que quand on ne respecte pas la loi républicaine, on en paie les conséquences". "Quand on est choqué du simple fait de déclarer une manifestation, moi, c'est ça qui me choque", a réagi la députée LaREM des Yvelines Yaël Braun-Pivet sur Radio Classique
Liv Audigane