BFMTV

Gérard Collomb nommé ministre de l'Intérieur

Gérard Collomb.

Gérard Collomb. - Patrick KOVARIK / AFP

INFO BFMTV - L'annonce du premier gouvernement de la présidence Macron a été rendue officielle ce mercredi à 15 heures par Alexis Kohler, le secrétaire général de l'Elysée.

Gérard Collomb a été nommé ministre de l'Intérieur, selon nos informations. Le sénateur-maire socialiste de Lyon, qui a soutenu Emmanuel Macron pendant toute la campagne présidentielle, va ainsi succéder à Matthias Fekl place Beauvau. Un nouveau ministre, numéro 2 du gouvernement, âgé de 69 ans qui succédera à un ministre de 30 ans son cadet.

Ministre pour la première fois

Gérard Collomb règne sur la métropole lyonnaise depuis près de 40 ans. Conseiller municipal à Lyon en 1977, il est élu en 1981 député du Rhône. Sénateur du Rhône en 1999, il est élu maire du 9e arrondissement de la ville en 1995. Il devient maire de Lyon en 2001. Un mandat qu'il a conservé à chaque élection depuis. Il a obtenu la présidence de la métropole de Lyon en janvier 2015. Il n'a toutefois jamais été ministre malgré sa position national au sein du Parti socialiste.

Le nouveau ministre de l'Intérieur a fait ses premières armes au Parti socialiste dès la fin des années 60. Initiateur de la gauche plurielle, qui rassemblait le Parti socialiste, le Parti communiste, le Parti radical de gauche, les Verts et le Mouvement des citoyens, qui correspond au gouvernement Jospin composé en 1997, Gérard Collomb soutenait la candidature de Dominique Strauss-Kahn avant de se rabattre sur Ségolène Royal lors de l'élection présidentielle de 2007.

Compétences et confiance

Présenté comme l'un des premiers "marcheurs" aux côtés d'Emmanuel Macron, il n'avait pas hésité à critiquer le programme du représentant du Parti socialiste pour la présidentielle, Benoît Hamon, dont il estimait qu'il mènerait "dans le fond du gouffre". "Il a à la fois les compétences, condition requise pour Emmanuel Macron, et la confiance du président", analyse Apolline de Malherbe, éditorialiste politique à BFMTV.

Loin d'incarner le renouvellement, il va devoir occuper, à quasi 70 ans, un poste "physiquement très dur", indique Thierry Arnaud, chef du service politique à BFMTV. 

Gérard Collomb devra gérer la lutte contre le terrorisme, la mise en place de cette nouvelle police voulue par Emmanuel Macron, une police de "sécurité quotidienne" - ressuscitant la police de proximité - et la grogne des policiers qui réclament plus de moyens.
J.C.