BFMTV

Glavany : « B. Le Maire a fait une erreur de jeunesse »

L'actuel député socialiste des Hautes-Pyrénées était en direct dans les Grandes Gueules ce mardi 4 août

L'actuel député socialiste des Hautes-Pyrénées était en direct dans les Grandes Gueules ce mardi 4 août - -

Pour l'ancien ministre de l'Agriculture Jean Glavany, Bruno Le Maire s'y prend mal avec les producteurs de fruits et légumes, qui refusent de rembourser des aides perçues dans les années 1990.

Les agriculteurs français sont prêts à se mobiliser si l'Etat exige le remboursement des aides publiques versées à la filière fruits et légumes entre 1992 et 2002, comme le réclame Bruxelles. C'est ce qu'a annoncé mardi 4 août Jean-Michel Lemétayer, président de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA, principal syndicat agricole français). En janvier, après 7 ans d'enquête, la Commission européenne a en effet estimé que des aides de quelque 330 millions d'euros faussaient la concurrence. En tenant compte des intérêts, la facture atteint maintenant les 500 millions.

« L'Etat faisait des chèques à des producteurs »

A quelques heures d'une rencontre entre des représentants de la filière fruits et légumes et le ministre de l'Agriculture Bruno Le Maire, celui qui a occupé ce poste de 1998 à 2002, le député socialiste des Hautes-Pyrénées Jean Glavany a tenu à apporter quelques précisions, rappelant que ces crédits versés entre 1992 et 2002 étaient des crédits nationaux, français, et non pas européens : « la PAC ne s'occupe pas de la même façon de tous les secteurs agricoles ; si bien que quand il y a des crises par exemple dans les fruits et légumes, l'Europe ne réagit pas ou réagit très mal. Dans ces cas-là, les gouvernements nationaux sont placés devant leurs responsabilités et soit ils laissent faire, soit ils mettent en place des plans de soutien pour traverser la crise. Et pour moi, un plan de soutien est légal s'il dure le temps de la crise (3 ans maximum) ; s'il est pérennisé et devient une aide structurelle permanente, alors il devient illégal. Je reconnais que quand j'étais ministre j'ai découvert des "plans de campagne" où l'Etat français faisait des chèques à des groupements de producteurs, d'une manière pérenne. C'est vrai que c'est contestable et d'ailleurs, j'ai mis fin à ces chèques. »

« Le Maire a fait une petite erreur de jeunesse »

Pour l'ancien ministre de l'Agriculture, « Bruno Le Maire a fait une petite erreur de jeunesse ; il veut jouer à "plus européen que moi, tu meurs" ; ce que je trouve plutôt respectable d'ailleurs. Mais il faut aller au bout de la procédure, poursuit-il. Il y a un débat entre le gouvernement français et l'Europe, et c'est à la Cour européenne de trancher. » Jean Glavany précise à ce sujet que le recours déposé par Michel Barnier auprès de la Cour de justice européenne est bien « suspensif », et ajoute, optimiste : « je pense qu'il a une chance d'être entendu, en tous cas au moins sur une partie des aides. »

« Pour une meilleure répartition des aides européennes »

Rappelant qu'en France « des tas d'agriculteurs ne touchent aucune aide, et notamment dans le domaine des fruits et légumes », l'ancien ministre de l'Agriculture conclue : « on donne beaucoup d'argent à l'agriculture - la PAC bénéficie aux agriculteurs français pour environ 13 à 14 milliards d'euros - et à mon sens, cet argent n'est pas assez justement réparti. »

La rédaction-Les Grandes Gueules