BFMTV

Un maire découvre qu'une réunion du FN se tient dans son village, il démissionne

La France dispose de 1 092 entreprises qui emploient pas moins de 200 000 collaborateurs en Pologne.

La France dispose de 1 092 entreprises qui emploient pas moins de 200 000 collaborateurs en Pologne. - Anne-Christine Poujoulat-AFP

L'édile a été "furieux" de voir débarquer le Front national dans sa commune. Il a tenté, sans succès, d'annuler cette réunion politique qui avait été présentée comme un "repas champêtre".

Le maire divers droite de Chanay, un village de l'Ain d'un peu plus de 600 habitants, a proposé sa démission après avoir découvert l'organisation ce dimanche dans sa commune d'un rassemblement du Front national en présence de cadres du parti, dont le vice-président, Nicolas Bay.

"Ce n'est pas une publicité qui nous honore"

"Le maire a appris mercredi que le FN débarquait. Il a été furieux (...) Ce n'est pas une publicité qui nous honore", a déclaré une source municipale à l'AFP, confirmant une information du Dauphiné Libéré.

"Le fond n'a pas changé depuis 1940 (...) On est républicain, on essaie de ne pas galvauder l'esprit de la République (...)", a ajouté cette source, précisant que le maire, Henri Caldairou, colonel retraité de l'armée de l'air, avait en conséquence "proposé sa démission".

Selon cet informateur, le défaut d'information au maire a relevé d'un "problème interne" à la mairie, qui a loué fin août au FN la salle des fêtes. "L'élu, qui a loué la salle au FN, n'aurait pas informé le maire", a rapporté pour le quotidien régional Yvon Bachelet, premier adjoint de Chanay. En outre, "c'était présenté comme un repas champêtre", poursuit la source du Dauphiné, soulignant la surprise des élus à l'arrivée inattendue de poids lourds du parti d'extrême droite. 

"On a l'impression de s'être fait avoir par le FN"

"Mercredi, la mairie de Chanay nous a contactés pour nous annoncer que la réservation de la salle était annulée. J'ai contacté monsieur le maire, qui m'a rappelé pour me confirmer qu'il souhaitait annuler cette réservation et qu'il en faisait une 'question de principes'", a déclaré le député européen frontiste Dominique Martin.

"Il m'a assuré (...) qu'elle était inadmissible, car elle avait été actée 'dans son dos'", a ajouté l'élu, dont le parti a poursuivi l'édile en référé auprès du tribunal administratif de Lyon pour s'assurer de la tenue de cette réunion, qui rassemblait les fédérations Front national d'Ain, de Haute-Savoie et de Savoie. La mairie de Chanay a été condamnée à verser la somme de 125 euros à chacune des trois fédérations.

"Le repas champêtre se transforme en rentrée politique, a ajouté le premier adjoint (...) On a l'impression, certainement comme beaucoup de communes de France, de s'être fait avoir par le FN (...) Or, un tel rassemblement influe forcément sur l'image d'une commune. On n'avait rien demandé."

C.H.A. avec AFP