BFMTV

Racisme: Gollnisch suggère à des manifestants de retourner dans leur "pays d'origine"

Bruno Gollnisch lors d'une conférence de presse en octobre 2013

Bruno Gollnisch lors d'une conférence de presse en octobre 2013 - BORIS HORVAT / AFP

Plusieurs responsables du Rassemblement national ont dénoncé les nombreuses manifestations organisées ce samedi en France contre le racisme et les violences policières.

L'ancien eurodéputé Bruno Gollnisch, membre du bureau national (direction élargie) du Rassemblement national, a suggéré ce samedi soir à des manifestants contre les violences policières de repartir "dans leur pays d'origine", tandis qu'un élu du parti, Julien Odoul, leur demandait de "partir loin".

"Si la France est ce pays abominablement raciste, où les violences policières sont monnaie courante, etc., je pense qu’il serait plus sage pour les 'malheureuses victimes' atrocement discriminées d’envisager vraiment de repartir dans leurs radieux pays d'origine...", a écrit sur Twitter l'ancien vice-président du FN et proche de l'ancien président du FN Jean-Marie Le Pen.

Le service de communication du Rassemblement national précise à BFMTV.com que Bruno Gollnisch s'adressait là aux militants de la Ligue de défense noire africaine. 

"Partez vite ! partez loin !", a tweeté de son côté Julien Odoul, président du groupe RN au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, en commentaire d'une vidéo montrant des militants de la Ligue de défense noire africaine, qui avait notamment appelé à une manifestation ce samedi à Paris.

"DEHORS", a écrit sur Twitter à propos de la même vidéo le délégué national aux Etudes du RN Jean Messiha.

Les manifestants qualifiés de "militants indigénistes"

Le vice-président du RN Jordan Bardella a affirmé, en publiant la même vidéo de la Ligue de défense africaine, que "pendant que Christophe Castaner (ministre de l'Intérieur) semble être en week-end farniente, des militants indigénistes ont déversé leur haine de notre pays un peu partout. Alors que ces rassemblements étaient INTERDITS !

"Ce gouvernement a renoncé à faire appliquer la loi et, pire, à faire respecter la France", a ajouté l'eurodéputé.

L'onde de choc provoquée par la mort de George Floyd aux Etats-Unis a continué de se propager ce samedi en France où plus de 23.000 manifestants, selon le ministère de l'Intérieur, ont dénoncé les violences policières et réclamé "justice pour tous", dans des rassemblements organisés dans plusieurs villes

Me.R. avec AFP