BFMTV

Pourquoi le FN convoite les agriculteurs

Marine Le Pen au salon de l'élevage, près de Clermont-Ferrand, le 2 octobre 2014.

Marine Le Pen au salon de l'élevage, près de Clermont-Ferrand, le 2 octobre 2014. - Thierry Zoccolan - AFP

Marine Le Pen se rend jeudi au Salon de l'agriculture. L'occasion pour le FN  de tendre la main au monde agricole, qui pourrait lui être utile à l'approche des élections départementales.

François Hollande et Manuel Valls n’ont pas ménagé leurs efforts. Chacun leur tour, dans les allées du Salon de l’agriculture à Paris, le chef de l’Etat et son Premier ministre ont tenté d’avertir les agriculteurs contre ce qui à leurs yeux représente un danger majeur: le Front national.

Un même discours, martelé à une journée d’intervalle, comme pour conjurer la menace. Car les deux hommes le savent: le monde rural auquel appartiennent les agriculteurs est l’une des cibles majeures de Marine Le Pen. Et comme chaque année depuis son arrivée à la tête du parti, la patronne du FN compte bien le redire au Salon de l’agriculture.

Les jeunes agriculteurs séduits

Un an après les élections municipales, qui ont vu le FN emporter 11 mairies, l’enjeu est important. Dans un mois se déroulent les élections départementales, un scrutin susceptible d'apporter de nombreux élus et d'asseoir le parti dans un ancrage local. “Plus on a d’élus locaux, mieux c’est”, confirme à BFMTV.com Leif Blanc, délégué national du FN à l’agriculture et l’environnement.

“Beaucoup de départements sont ruraux. Si le FN conquiert ne serait-ce que 15 à 20% d’agriculteurs dans l’un de ces départements, cela pourrait faire pencher la balance”, analyse le sociologue Sylvain Crépon. Les récents sondages donnent déjà le Front national en tête du scrutin, avec environ 30% des voix au premier tour et une forte abstention.

Mais si la France rurale vote de plus en plus FN, il n’en va pas forcément de même pour les agriculteurs, qui votent traditionnellement à droite. Un argument qui appartient au passé, pour Leif Blanc. “La droite traditionnelle convenait aux agriculteurs tant qu’elle était gaulliste et qu’elle les protégeait. Ce n’est plus le cas aujourd’hui”.

Suppression du Traité transatlantique, modification de la Politique agricole commune… Le discours protectionniste anti-Union européenne du FN séduit notamment les jeunes agriculteurs. “Ils s’intéressent de plus en plus à nous”, constate Edouard Ferrand, chef de file des eurodéputés frontistes à Bruxelles. Logique, pour Sylvain Crépon. “Le Front national compte de plus en plus de jeunes dans son électorat, et les agriculteurs n’échappent pas à la règle”. Quant aux anciens, “la plupart ont compris ce qu’ils devaient à l’Union européenne”, ajoute le chercheur. Même si, aux yeux d’Edouard Ferrand, “ils en reviennent, car les revenus issus de la PAC ne sont plus les mêmes.”

Bientôt un collectif au sein du FN

L’opération conquête du monde agricole a commencé après l’arrivée de Marine Le Pen à la tête du parti. Très vite, la nouvelle présidente a martelé sa volonté d’être “la candidate de la ruralité”. "L'agriculture a une valeur symbolique pour le FN", relève Sylvain Crépon, "avec des valeurs comme la terre, les racines, etc." En 2012, elle obtient 19,5% des voix paysannes à la présidentielle, soit 1,5 point de plus que son score national, toutes catégories socio-professionnelles confondues, et six points de plus que son père à la présidentielle de 2007. Elle se lance en 2013 dans un “tour de France des oubliés”, au cours duquel elle sillonne les communes et les villages ruraux où son score a été le plus élevé. En 2014, elle est accueillie sous les applaudissements au Salon de l’agriculture.

Au-delà de sa présidente, le parti tente aussi de se structurer sur la question. Un site cousin de celui du FN, France Ruralité, est lancé en février 2013, piloté par deux eurodéputés, Edouard Ferrand et Philippe Loiseau. Il devrait s’agrandir dans les prochains mois pour devenir un collectif, à l’image du collectif Racine, lancé pour les enseignants. “Il regroupera les différentes branches des métiers de l’agriculture”, précise Leif Blanc, sans donner de date de création. “C’est dans les tuyaux”, assure-t-il. En matière d’agriculture, le FN n’a pas fini de s’agrandir.

https://twitter.com/ariane_k Ariane Kujawski Journaliste BFMTV